Cet article date de plus de 6 ans

Mobilisation des agriculteurs dans toute la région

Chartres, Tours, Bourges, Blois : grosse journée de mobilisation, ce mercredi, pour les agriculteurs qui protestent contre le contexte actuel et les nouvelles réglementations. Un mouvement conduit par la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs.
C'est une grande journée de mobilisation nationale qui s'annonçait, ce mercredi, pour les agriculteurs à l’appel du syndicat agricole de la FDSEA (Fédérations départementales des syndicats d'exploitants agricoles) et des Jeunes Agriculteurs. 

Des premières actions organisées mardi soir à  Chartres, donnaient déjà le ton : plus de 300 agriculteurs de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs ont déversé plus d'une centaine de tonnes de déchets (fumier, lisier, et autres légumes pourris), ciblant notamment la Mutualité sociale agricole,
la préfecture et la Direction départementale de l'agriculture. Dans l’Indre, à Châteauroux, les agriculteurs ont bloqué les trois accès à la cité administrative. Ils ont soudé des barres de fer sur la cité administrative pour empêcher la reprise du service mercredi matin.
A Bourges, près de 300 agriculteurs  se sont donné rendez-vous dès 7 heures ce matin devant la cité administrative de Bourges pour y répandre du fumier. 

Les manifestations dans les différentes villes de la région devaient aussi se caractériser par le blocage de diverses voies de circulation, à des heures et dans des proportions différentes.

Pourquoi cette mobilisation nationale ?


Dans un communiqué, les syndicats expliquent : "Aujourd’hui, l’agriculture subit des crises économiques dont l’amplitude et les fréquences n’ont jamais été aussi importantes, mais aussi une crise morale face à des attaques à répétition sur nos façons de faire. Nous demandons à notre agriculture d’être plus compétitive tout en ajoutant sans cesse de nouvelles contraintes. De nombreuses revendications ont déjà été remontées au gouvernement, il est maintenant temps de se faire entendre".

Embargo russe sur les produits alimentaires, effondrement des cours des céréales, revenus en berne et élargissement de la directive nitrates … dans leur ligne de mire également, l'extension des zones vulnérables, qui réglementent les épandages pour lutter contre les nitrates mais aussi les hausses des taxes. Ils réclament également un accompagnement des trésoreries des exploitations et d'autres mesures d'aides.

Tous disent ne pas vouloir devenir "des figurants dans les campagnes" et dénoncent les "arnaques écologiques et les dégâts dévastateurs de nos gouvernants".

La mobilisation des agriculteurs en images ​:



 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social