Le 29 octobre 2001, un homme tirait sur les passants dans la rue, sans raison et tuait quatre personnes. Parmi elles, Henri Gasq. Quatorze ans plus tard sa veuve et son fils se battent encore pour faire estimer le préjudice subi. Ils ont été reçus le 9 mars par des conseillers de François Hollande.

Au mauvais endroit, au mauvais moment, Henry Gasq est mort le 29 octobre 2001 à Tours sous les balles d'un tueur fou . Au titre du préjudice moral, Dany Gasq et ses trois enfants ont perçu au total près de 90.000 euros. Le préjudice économique (perte de salaire, soutien pour les études) n'ayant pu être établi précisément, les jugements se sont succédés...  Cour d'appel, Cour de cassation, et aujourd'hui le dossier est suspendu. La famille Gasq pourrait même devoir rembourser les sommes percues. 

Reçus à l'Elysée

Lundi dernier, Dany et Silvère Gasq, veuve et fils d'une des victimes de la tuerie de Tours, ont été reçus à leur demande par la conseillère "justice" et le conseiller pénaliste du président de la République. La magistrate diligentée par la garde des Sceaux s'est montrée effarée par l'embrioglio judiciaire auquel est confrontée la famille de la victime depuis le procès de Jean-Pierre Roux-Durraffourt en 2005. La cour d'Assises d'Indre-et-Loire avait alors accordée aux Gasq des dommages et intérêts pour préjudice moral. 

Attente d'un ultime jugement

Dany et Silvère Gasq attendent un ultime jugement, peut-être dans les mois qui viennent, en espérant ne pas devoir saisir la justice européenne.

video : "Ce sont les attentats de Paris qui nous ont permis d'être reçus à l'Elysée." Dany Gasq