• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Gigantesque bataille à la piscine d’Ardentes (Indre)

La piscine d'Ardentes (Indre) a été fermée après la rixe de début de semaine qui a fait six blessés. / © E.Bruzat
La piscine d'Ardentes (Indre) a été fermée après la rixe de début de semaine qui a fait six blessés. / © E.Bruzat

Une violente rixe mettant aux prises une soixantaine de personnes s'est produite lundi après-midi à la piscine d'Ardentes. Bilan : six blessés et la piscine fermée jusqu'à nouvel ordre. 

Par Ch.L/A.Métais

Lundi après-midi, vers 17h30 une bagarre générale a éclaté à l’extérieur de la piscine d’Ardentes (Indre), une piscine municipale ouverte seulement l’été. La bagarre s’est ensuite poursuivie à l’intérieur de l’établissement où soixante personnes se sont affrontées violemment. Vingt-cinq gendarmes ont dû intervenir. Deux d’entre eux ont été blessés au cours de cette rixe, un gendarme a été poussé dans la piscine. Une voiture a également été endommagée. Les enquêteurs devront découvrir le véritable motif de cette gigantesque bataille.


"émeute"

Bilan de cette violente rixe : 6 personnes blessées. Elles ont été transportées au centre hospitalier de Châteauroux, où l’ambiance est restée très tendue. Les forces de l’ordre ont donc dû intervenir à nouveau.   

Ce matin, le maire d’Ardentes, Didier Barachet (LR), a qualifié cette rixe "d’émeute". Selon lui, la bataille a opposé trois communautés : des Ardentais, des personnes de la communauté des gens du voyage et des habitants de la ZUP de Châteauroux.

Baigneurs nocturnes

Avant la réouverture estivale, la piscine avait déjà été ‘squattée’ de manière illégale par des baigneurs nocturnes qui passaient au-dessus du grillage. Des dégradations extérieures avaient aussi été observées.
   

Piscine vidée et fermée

Le maire d’Ardentes, qui redoute de nouveaux affrontements, a décidé de fermer la piscine jusqu’à nouvel ordre. Les bassins, autour desquels il resterait des traces de sang, vont être vidés pour éviter toute ‘baignade sauvage’. Les 3 600 habitants de la petite commune berrichonne se retrouvent donc privés de piscine en plein été caniculaire.

Sur le même sujet

Un parcours sécurisé pour les jeunes migrants

Les + Lus