• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Indre : des mesures pour faire face à la désertification médicale

L’Indre est sous-doté en praticiens avec près de 73 médecins pour 100 000 habitants / © Britta Pedersen/dpa/picture-alliance/MaxPPP
L’Indre est sous-doté en praticiens avec près de 73 médecins pour 100 000 habitants / © Britta Pedersen/dpa/picture-alliance/MaxPPP

L’Indre est l’un des départements les moins bien lotis en nombre de médecins. Ce mercredi ont été annoncées des mesures pour tenter d’attirer de nouveaux praticiens.

Par Arnaud Moreau

Agence régionale de Santé, conseil départemental, faculté de médecine de Tours, les représentants de ces institutions étaient réunis hier lors d’une conférence de presse commune. Le but : annoncer des mesures pour attirer de nouveaux médecins dans l’Indre.

Les chiffres sont alarmants : 210 médecins généralistes exerçaient dans l’Indre il y a dix ans, ils ne sont aujourd’hui plus que 147. Des milliers de patients dans le département n’ont plus de médecin référent.

- Parmi les mesures :  la nomination d’un chef de clinique dans le département
Chaque année entre 25 et 35 bacheliers de l’Indre s’inscrivent en faculté de médecine à Tours et près d’une cinquantaine à Limoges. L'idée est aujourd'hui d'inverser cette tendance et d'orienter plus d'étudiants vers Tours en espérant, qu'à terme, ils reviendront exercer dans l'Indre.

Selon Patrice Diot, doyen de la faculté de médecine de Tours, un futur chef de clinique universitaire de médecine générale exercera dans l'Indre une activité de de soin. Il encadrera également des stagiaires dans le département

- Les aides vont être modifiées
Le contrat d’aide à l’installation sera modifié. Les zones considérées comme sous-dotées seront multipliées par deux dans le département. Une aide de 50.000 euros à l’installation pourra être attribuée aux médecins s’installant dans ces secteurs.

Des mesures radicales face à une situation catastrophique et malheureusement pas nouvelle. Une enquête a déjà été réalisée sur ce thème en 2014.
Enquêtes de région : le Centre-Val de Loire, une région sans médecin
En 2014 la région Centre-Val de Loire était particulièrement touchée par la désertification médicale. Avec seulement 81 médecins généralistes pour 100 000 habitants, elle prenait la dernière place du classement national. le point deux ans après sur cette situation dans Enquêtes de région une émission de la rédaction de France 3 Centre-Val de Loire avec comme invité le docteur Francis Coulon, médecin généraliste à Contres dans le Loir-et-Cher. - France 3 Centre-Val de Loire - Fanny Bouteiller, Benoît Bruère, Amélie Rigodanzo, Grégoire Grichois, Laurence Vaury et Céline Girardeau





Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus