• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

CARTE. Radon : habitez-vous dans une zone à risques ?

Centrale nucléaire de Belleville dans le Cher / © DR
Centrale nucléaire de Belleville dans le Cher / © DR

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN)‏ vient de publier une nouvelle carte des zones à potentiel radon en France. Les employeurs doivent maintenant intégrer le radon dans la démarche d’évaluation des risques professionnels. 

Par Fabienne Marcel

C'est quoi le radon ? 

Le radon est un gaz radioactif produit par la désintégration naturelle de l’uranium présent dans les roches. Cancérigène pulmonaire, il peut présenter un risque pour la santé lorsqu’il s’accumule dans les bâtiments. La connaissance des caractéristiques des formations géologiques sur le territoire permet d’identifier les zones sur lesquelles la présence de radon à des concentrations élevées dans les bâtiments est la plus probable. Ce travail, réalisé par l’IRSN à la demande de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, a permis d’établir une cartographie du potentiel radon couvrant l’ensemble du territoire métropolitain.
 
© IRSN
© IRSN


Nouvelle délimitation des zones à potentiel radon sur le territoire national

Par arrêté du 27 juin 2018, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN)‏ a présenté une nouvelle cartographie des zones à potentiel radon en France. Ce zonage permet une prise en compte plus fine du risque radon afin de mieux protéger le public et les travailleurs. Ce décret modifie ou complète le code de la santé publique, le code du travail et le code de l’environnement. Il conduit à maintenir, mettre à jour ou mettre en place les actions suivantes :
  • l’obligation de dépistage du radon dans certains établissements recevant du public (ERP) ;
  • la prise en compte des expositions au radon dans les lieux de travail (mise à jour des dispositions existantes) ;
  • l’obligation d’information des acquéreurs et des locataires dans le cadre de transactions immobilières (disposition nouvelle).
Les ERP pour lesquels le dépistage du radon est obligatoire :
- les établissements d’enseignement, y compris les bâtiments d’internat,
- les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de six ans,
- les établissements sanitaires, sociaux et médicaux-sociaux, avec capacité d’hébergement,
- les établissements thermaux,
- les établissements pénitentiaires.


 
zone 1 : les communes des zones à potentiel radon faible ;
zone 2 : les communes des zones à potentiel radon faible mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments ;
zone 3 : les communes des zones à potentiel radon significatif.
 
La cartographie de l'IRSN conduit à classer les communes en 3 catégories :
  • Catégorie 1
Les communes à potentiel radon de catégorie 1 sont celles localisées sur les formations géologiques présentant les teneurs en uranium les plus faibles. Ces formations correspondent notamment aux formations calcaires, sableuses et argileuses constitutives des grands bassins sédimentaires (bassin parisien, bassin aquitain) et à des formations volcaniques basaltiques (massif central, Polynésie française, Antilles…). Sur ces formations, une grande majorité de bâtiments présente des concentrations en radon faibles. 
  • Catégorie 2
Les communes à potentiel radon de catégorie 2 sont celles localisées sur des formations géologiques présentant des teneurs en uranium faibles mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments. Les communes concernées sont notamment celles recoupées par des failles importantes ou dont le sous-sol abrite des ouvrages miniers souterrains... Ces conditions géologiques particulières peuvent localement faciliter le transport du radon depuis la roche jusqu'à la surface du sol et ainsi augmenter la probabilité de concentrations élevées dans les bâtiments.
  • Catégorie 3
Les communes à potentiel radon de catégorie 3 sont celles qui, sur au moins une partie de leur superficie, présentent des formations géologiques dont les teneurs en uranium sont estimées plus élevées comparativement aux autres formations. Les formations concernées sont notamment celles constitutives de massifs granitiques (massif armoricain, massif central, Guyane française…), certaines formations volcaniques (massif central, Polynésie française, Mayotte…) mais également certains grés et schistes noirs.
Sur ces formations plus riches en uranium, la proportion des bâtiments présentant des concentrations en radon élevées est plus importante que dans le reste du territoire.

Pour en savoir plus : www.irsn.fr/carte-radon


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ce que j'aime dans le mandat de Maire...

Les + Lus