Cet article date de plus de 3 ans

Centre aqualudique à Orléans : "Quand on est dans les bassins, on nage à côté de la verdure"

Les agences ANMA et BVL conçoivent le projet comme une bouffée d'air. 
Le projet retenu pour la construction du nouveau centre aqualudique, tourné vers la végétation et l'environnement.
Le projet retenu pour la construction du nouveau centre aqualudique, tourné vers la végétation et l'environnement. © Bouygues / ANMA / BVL - Parisrender
C'était la surprise du conseil municipal à Orléans ce dimanche : le projet choisi pour la construction du nouveau centre aqualudique de la métropole, à l'horizon 2020.

Un projet titanesque de 2000 m² et évalué à 20 millions d'euros, qui va se dresser sur le site de l'ancienne prison. Il comprendra un bassin de nage, un bassin d'apprentissage, un espace bien-être et même un simulateur de glisse pour le surf ! 
 

Nager dans la verdure​


Mais surtout, c'est un nouveau poumon vert, une source de biodiversité, qu'a voulu concevoir le groupe Bouygues et ses partenaires. Alice Perugini, chef de projet pour le cabinet d'architectes ANMA (Agence Nicolas Michelin et associés), nous a parlé de ce projet, conçu comme un signal en faveur de l'environnement. 

"Cette idée de nager dans la végétation était très importante pour nous. Quand on est dans les bassins, on nage à côté de la verdure, qui rentre par les différentes failles du bâtiment. Et de l’extérieu,r on a une vision de ce bâtiment de loin, qui est entouré de vert, avec les reflets de la végétation sur la façade… C’est presque un parc" explique-t-elle. 
 
© Bouygues / ANMA / BVL - Parisrender
© Bouygues / ANMA / BVL - Parisrender

Fini le bâtiment massif qui avait fini par créer son propre enclavement et se faire oublier des Orléanais. Les architectes ont voulu le ramener au devant de la scène, et à notre échelle. "Le premier enjeu était de ne pas recréer un bâtiment clôturé, de l’ouvrir vers la ville et la métropole", note l'architecte. 
 

Créé dans Orléans, pensé pour Orléans


Ce qui fait la force de son projet, c'est cette cohérence avec son environnement. "On essayé de travailler avec l’échelle du tissu urbain, la gare, les axes verts, la présence du MOBE, la Loire… Le point de départ est l'analyse du contexte et toutes les manières de vivre les lieux, qui sont en train de changer."

Plusieurs éléments en attestent : la terrasse ouverte, qui va rassembler des plantes typiques de l'écosystème de la loire, par exemple, ou encore le parking qui, lui aussi végétalisé, va intégrer une trouée verte reliant les quartiers Nord et Sud. 

"On est dans un secteur de la ville très minéral, l’idée était de lui redonner un nouveau souffle", conclut Alice Perugini. 
La ville pas encore propriétaire du terrain
Selon nos confrères de la République du Centre, Orléans n'est pas encore le propriétaire du site sur lequel doit être construit le centre aqualudique. Le préfet aurait indiqué être sur le point de signer un arrêté d'inutilité publique concernant ce terrain, qui sera alors ouvert à la vente. 

On ignore encore le prix de cette transaction. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
architecture culture architecture et urbanisme