Ils ont refait Chambord dans Fortnite : la région annonce un Centre-Val de Loire Tour pour marier esport et patrimoine

A partir du 4 décembre, cinq sites emblématiques de la région Centre-Val de Loire vont être reproduits dans le jeu vidéo Fortnite, en collaboration avec des spécialistes comme le vidéaste Nota Bene et la structure tourangelle Solary.

Le jeu vidéo Fortnite rassemble plus de 250 millions de joueurs. Photo d'illustration
Le jeu vidéo Fortnite rassemble plus de 250 millions de joueurs. Photo d'illustration © Vanessa MEYER / MAXPPP
"Déconfiner les châteaux par le jeu vidéo". Le projet est ambitieux, mais Valentino Gambutto, conseiller régional délégué au numérique, y croit. Ce 20 novembre en fin de matinée, la région Centre-Val de Loire et l'agence tourangelle WSC ont annoncé la création d'un "Centre-Val de Loire Tour" sur le jeu vidéo compétitif Fortnite. L'idée : proposer aux joueurs et aux vidéastes une série de cinq cartes mettant en scène des hauts lieux du patrimoine centrais dans des épreuves de vitesse.

Pour les trois du fond qui n'avaient pas suivi, Fortnite est un jeu dont la fréquentation a explosé à l'été 2017 pour atteindre une audience de 250 millions de joueurs au printemps 2019, et jusqu'à 350 millions en mai 2020. D'abord conçu comme un jeu solo, c'est son mode "battle royale" qui le rend extrêmement populaire, mettant en scène une centaines de joueurs largués sur une île et chargés de s'entre-éliminer jusqu'au dernier survivant. Mais il intègre aussi un mode "créatif" permettant la création et la personnalisation de cartes et de modes de jeu variés. Oui, comme Minecraft, mais en plus nerveux.
 

Une "première mondiale" pour réinventer le tourisme

Pour le Centre-Val de Loire Tour, les passionnés du site Goodnite (3 à 4 millions de visiteurs mensuels) ont mis la main à la pâte, pour re-créer dans le jeu les sites de Chambord, Amboise, la Valette, Chaumont et du Clos Lucé, à raison de 100 à 150 heures de travail sur chaque map. A partir du 4 décembre à 20h00, les joueurs de l'équipe Solary commenceront à y confronter leurs skills sur leur chaîne Twitch à raison d'une carte par semaine jusqu'au 15 janvier. Le vidéaste et vulgarisateur tourangeau Nota Bene sera lui aussi de la partie pour fournir anecdotes historiques et commentaires relatifs à chaque lieu.

Disponibles sur le site de Goodnite au fur et à mesure de l'avancée du Tour, les cartes seront aussi l'occasion pour les joueurs du monde entier de participer aux mêmes épreuves de vitesse et de découvrir les châteaux de la Loire. Après chaque étape de qualification, les 4 joueurs les mieux classés pourront participer à la grande finale le 15 janvier 2021, dans le décor du Clos-Lucé, le château qui a accueilli Léonard de Vinci.

"C'est une première mondiale, d'utiliser ce support pour mettre en valeur notre patrimoine", se félicite Valentino Gambutto. Face aux difficultés de l'année 2020 et aux succès des innovations numériques, le conseiller régional explique qu'il a paru nécessaire aux différents partenaires "d'inventer une autre forme de tourisme" et de toucher en particulier les plus jeunes. "En ce moment, où la culture n'est pas accessible à tous, on ramène la culture dans le salon des gens et en particulier des jeunes, avec en plus un jeu qui est gratuit", abonde Théo Cellé, responsable de projet chez WSC.

De fait, cette opération qui mêle les acteurs régionaux de l'esport et du patrimoine a tout pour plaire aux châteaux concernés, contraints de fermer leurs portes à cause du confinement. Actuellement, "le seul moyen pour nous d'être présents pour les amoureux de patrimoine et grand public c'est de passer par le canal numérique", constate Alexandre Leboutet, webmestre du domaine de Chambord. "On espère qu'à terme, à la réouverture, les jeunes et moins jeunes reviendront à Chambord, ou viendront pour la première fois s'ils ne l'ont jamais visité !"

Dans son ensemble, le projet du Centre-Val de Loire Tour aura coûté 82 000 euros à ses partenaires, dont 57 000 viennent de la Région.

Le programme :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
esport sport jeu vidéo culture patrimoine