• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Changement d'heure : on fait la grasse mat' !

© SIG
© SIG

Attention ! Ce dimanche 29 octobre, nous passons à l'heure d'hiver. A 3h00 du matin, on remonte le temps, il sera de nouveau 2h00. De quoi dormir une heure de plus... Perturbations, troubles du sommeil, économies d'énergie,... On vous dit tout (ou presque) sur le changement d'heure

Par Elsa Cadier

A 3h00 du matin, il sera 2h00

Comme chaque année, le dernier week-end du mois d'octobre, on passe à l'heure d'hiver. Fini de trainer un peu le soir au crépuscule. A partir de dimanche, il fera nuit tôt. On recule donc sa montre d'une heure et on gagne une heure de sommeil.

Et comme chaque année à la même période, on vous explique à nouveau pourquoi nous changeons deux fois d'heure dans l'année. Mais comme chacun sait : un internaute averti en vaut beaucoup plus. Vous pourrez de cette façon rappeler à votre voisin ou voisine étourdi(e) qu'il peut encore rester une heure de plus au lit. 


Pour la petite histoire

Le dispositif existe en France depuis 1976. Il a été instauré par Valéry Giscard d'Estaing, trois ans après le choc pétrolier avec pour objectif de réaliser des économies d’énergie, en faisant coïncider les horaires d’activité avec l’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel. Depuis 1998, l'ensemble des pays de l'Union Européenne s'est adapté à la mesure dans le but de faciliter les communications et les transports. 

Selon le ministère de la Transition écologique, « le changement d’heure a permis d’économiser 440 gigawattheures en éclairage en 2009, soit la consommation [d’électricité] d’environ 800.000 ménages ». D'après l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, ces économies devraient s’accroître d’ici 2030 grâce à des gains de chauffage notamment.

Et sinon ? On avance ou on recule ? 

Nous ne sommes pas tous égaux devant le changement d'heure. Pour certains (dont je fais partie), l'exercice de se rappeler si on doit avancer ou reculer d'une heure son réveil, relève d'un véritable casse-tête. Alors voici une petite astuce : AVril = AVance d’une heure – octobreRE = REcul d’une heure. Encore faut-il s'en souvenir...


Nos rythmes biologiques perturbés

Les rythmes biologiques s'en trouvent perturbés, mais certains sont plus vulnérables. Les personnes considérées comme les plus sensibles sont tout d'abord les personnes âgées, habituées à des horaires fixes et à un sommeil court. Les enfants et en particulier les bébés ont un peu plus de mal à supporter le coucher-réveil dans la pénombre. Enfin les personnes malades ou hospitalisées déjà affaiblies subissent également des troubles du sommeil. On estime qu'il faut en moyenne une semaine au corps pour s'adapter à ce nouvel horaire. 


Comment bien s'y préparer

Pour les personnes attachées à leur sommeil (dont je fais aussi partie), subir ce changement d'horaires est également perturbant, d'autant que, selon une étude, un Français sur trois souffrirait de troubles du sommeil. Alors autant essayer d'anticiper au maximum.  
Pour s'y préparer on peut : 
• Décaler ses heures de sommeil de quelques minutes pendant deux ou trois jours en amont.
• Limiter le stress dû à la peur de ne pas se réveiller en programmant ses équipements électroniques la veille;
• Sortir quotidiennement pour profiter de l'ensoleillement pour synchroniser plus rapidement son rythme circadien.
• Si cela est possible, modifier son rythme de travail en s'y rendant plus tôt pour finir plus tôt et profiter de la lumière jusqu'à la fin de la journée.
• Enfin, se reposer le plus possible dans la semaine qui suit le changement d'heure.

Avec tout ça, on est paré ! Et pour anticiper encore plus, le passage à l'heure d'été 2018, ce sera le dimanche 25 mars à 2h00. Et là, rebelotte... Mais dans l'autre sens. 

En chiffres
Le changement d'heure a permis d'économiser 440 GWh en éclairage en 2009, soit la consommation d'environ 800 000 ménages. Grâce à ces économies, la France a ainsi évité l'émission de 44 000 tonnes de CO2. En 2030 la réduction globale des émissions due au changement d'heure pourrait être de 70 000 à 100 000 tonnes de CO2.

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus