À Bourges, 300 personnes ont manifesté contre les féminicides : "il ne suffit pas d'un Grenelle"

La manifestation était organisée samedi 21 novembre entre 14h et 15h dans les rues de Bourges par le collectif "Nous toutes 18" du département du Cher qui lutte contre les féminicides et les violences faites aux femmes. 

Entre 250 et 300 personnes se sont rassemblées dans les rues de Bourges à l'appel du collectif "Nous toutes 18" pour dénoncer les violences faites aux femmes samedi 21 novembre.
Entre 250 et 300 personnes se sont rassemblées dans les rues de Bourges à l'appel du collectif "Nous toutes 18" pour dénoncer les violences faites aux femmes samedi 21 novembre. © France Télévisions
C'est une manifestation que les membres du collectif "Nous toutes 18" espéraient ne pas annuler malgré l'épidémie de Covid-19, toujours vive dans la région Centre-Val de Loire, car trop de femmes meurent toujours sous les coups de leur conjoint en France. Et elles ont réussi en obtenant l'autorisation de la préfecture. Samedi 21 novembre, le cortège est parti à 14 heures de la place Séraucourt pour sillonner dans les rues du centre-ville de Bourges et dénoncer les féminicides et les violences faites aux femmes. Environ 300 personnes masquées étaient présentes, dont davantage d'hommes que l'année précédente selon notre équipe de journalistes présente sur place. 

Les manifestants voulaient rappeler que des dizaines de femmes meurent toujours sous les coups de leur conjoint chaque année en France. Au 21 novembre, le collectif rappelait que 87 femmes étaient ainsi décédées à la suite de violences depuis le début de l'année 2020. 


"Il ne suffit pas d'un Grenelle pour que les choses changent"

Un an après le Grenelle des violences conjugales, organisé par le gouvernement français entre le 3 septembre et le 25 novembre 2019, Laeticia Atlan, membre du collectif "Nous toutes 18" estime que le besoin de faire du bruit pour ce combat est toujours aussi vital. "Il ne suffit pas d'un Grenelle pour que les choses changent et soient conscientisées. On est obligé de répondre avec un arsenal législatif, mais il y a toujours autant de femmes qui meurent sous les coups de leur conjoint. En France, c'est une femme qui morte tous les deux jours en 2019", affirme Laeticia Atlan.

En France, la plupart des marches prévues ce samedi 21 novembre contre les féminicides ont été annulées à cause des restrictions sanitaires, mais d'autres rassemblements ont tout de même pu avoir lieu comme à Rennes. "La vie ne s'arrête pas avec le Covid, ni les violences faites aux femmes" rappelle Laeticia Atlan. 
 
Les femmes présentes dans la manifestation dénonçaient une immobilité de la classe politique sur le sujet des violences conjugales.
Les femmes présentes dans la manifestation dénonçaient une immobilité de la classe politique sur le sujet des violences conjugales. © France Télévisions
Entre 250 et 500 personnes se sont rassemblées pour la marche organisée par le collectif "Nous toutes 18" samedi 21 novembre.
Entre 250 et 500 personnes se sont rassemblées pour la marche organisée par le collectif "Nous toutes 18" samedi 21 novembre. © France Télévisions
Sur sa page Facebook, le collectif "Nous toutes" avait encouragé les habitants de Bourges a accroché quelque chose de violet à l'extérieur de leur logement pour soutenir la marche. En raison de l'épidémie de Covid, certains ont en effet renoncé à se déplacer.
Sur sa page Facebook, le collectif "Nous toutes" avait encouragé les habitants de Bourges a accroché quelque chose de violet à l'extérieur de leur logement pour soutenir la marche. En raison de l'épidémie de Covid, certains ont en effet renoncé à se déplacer. © France Télévisions
Les participantes à la marche organisée par "Nous toutes 18" ont rappelé que le silence autour des violences est difficile à briser pour les victimes.
Les participantes à la marche organisée par "Nous toutes 18" ont rappelé que le silence autour des violences est difficile à briser pour les victimes. © France Télévisions

 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
femmes société