• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Bourges : deuxième dégradation homophobe contre “Les couples de la République”

© C.Durchon
© C.Durchon

Décidèment le travail de l'artiste marseillais Olivier Ciappa dérange quelques homophobes berruyers. Son exposition photographique à ciel ouvert a subi de nouveaux actes de vandalisme dans la nuit de mercredi à jeudi.

Par Alain Heudes

L'exposition "Les couples de la République" donne à voir, sur les grilles du Jardin des Prés-Fichaux, en plein coeur de Bourges, des hommes et des femmes, connu(e)s ou non, hétérosexuel(le)s ou homosexuel(le)s.

Parmi toutes ces photos, ce sont celles qui affichent des couples homosexuels qui déchaînent la haine de quelques individus.
24 heures après son installation, le mercredi 26 juin, l'exposition était la cible d'une première attaque. Lacérations, vols, tags insultants et en réponse le dépôt d'une plainte et un appel à protester lancé par l'association Berry LGBT.
 


Une semaine plus tard, les vandales ont réitéré des dégradations. Dans la nuit du 3 au 4 juillet, alors que l'exposition devaitt s'achever ce dimanche, une dizaine de photos ont subi des lacérations, toujours à l'encontre de photos montrant des homosexuel(le)s.

Cette fois c'est l'artiste-photographe, Olivier Ciappa et des sympathisants du mouvement LGBT ou de simples citoyens, qui ont répondu à cette seconde attaque.
Un rassemblement a eu lieu en milieu de journée, ce jeudi, sur le site de l'exposition.
Le message était simple, les homosexuel(le)s revendiquent leur droit à la visibilité dans l'espace public et ne se laisseront pas intimider par les provocations ou les actes homophobes.

La mairie de Bourges soutient cette revendication et a donc décidé de poursuivre l'exposition pendant tout le mois de juillet. Elle va faire effectuer de nouvelles affiches de tous les tirages dégradés et en dimension deux fois supérieure pour montrer, plus encore, le travail d'Olivier Ciappa.
La mairie de Bourges a également fait connaître sa décision de porter plainte contre les auteurs de ces actes de vandalisme.


 

Sur le même sujet

Maltraitance animale : l'ours Mischa soigné en urgence au refuge de

Les + Lus