A Bourges, il n'y aura plus de cirque avec animaux sauvages

La ville a formulé le vœu d'empêcher la tenue de cirques utilisant des animaux sauvages sur le territoire communal lors du conseil municipal de ce jeudi 17 septembre.

Une lionne de cirque, image d'illustration
Une lionne de cirque, image d'illustration © Cédric Jacquot/MaxPPP
C'était une promesse de campagne du candidat Yann Galut aux municipales. Lors du conseil municipal de ce jeudi 17 septembre, la ville a adopté un vœu contre l'utilisation des animaux sauvages dans les cirques. La commune s'engage ainsi à engager "tous les moyens légaux à sa disposition pour ne pas accueillir de cirque qui détiennent des animaux sauvages", selon le texte.

Un vœu sans réelle valeur juridique donc, les arrêtés interdisant les cirques avec animaux étant régulièrement déclarés illégaux par la justice administrative. "La mairie va adresser un courrier aux cirques - un seul vient avec des animaux, ainsi qu'un autre spectale avec un ours - en les remerciant de bien vouloir venir sans animaux", commente Catherine Menguy, adjointe déléguée notamment au bien-être animal. 

Bourges privilégie donc la voie diplomatique, mais pourrait "appuyer sur certains leviers, aux niveaux sanitaire et sécuritaire, pour qu'ils ne puissent pas amener d'animaux", complète Catherine Menguy.

De façon plus générale, le vœu engage également la commune à appeler "le gouvernement à interdire les animaux sauvages dans les cirques", dans un combat à taille nationale. 
 

Que des animaux soient exploités et traités comme tel pour notre seul plaisir n'est plus acceptable.

Catherine Menguy, maire-adjointe de Bourges

"Les fauves tournent en rond pendant des heures"

Dans un communiqué félicitant la municipalité berruyère, l'association Paris Animaux Zoopolis rappelle que "la captivité est incompatible avec les besoins des animaux" :
 

Dans les cirques, les animaux sont emprisonnés à vie. A cela s'ajoute la violence du dressage, qui a pour objectif de soumettre les animaux. On constate des stéréotypies (troubles du comportement) qui marquent un état d'anxiété chronique. Par exemple, les fauves tournent en rond pendant des heures.

Paris Animaux Zoopolis


Pour Catherine Menguy, s'opposer aux cirques qui continuent d'utiliser des animaux sauvages va "dans le sens de l'histoire". Ainsi, d'après un sondage de 2019 commandé par des ONG de protection animale, 65% des Français se disent "défavorables" à la présence d'animaux sauvages dans les spectacles de cirque. "L'idée est que la cultre circassienne puisse évoluer", conclue la maire adjointe. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature