• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Fausse alerte à Bourges : 500 élèves confinés dans deux établissements après des “bruits de détonation”

Internat Lycée Jean Mermoz - Bourges / © France 3 Centre-Val de Loire
Internat Lycée Jean Mermoz - Bourges / © France 3 Centre-Val de Loire

Hier, jeudi 13 septembre, des détonations semblables à des coups de feu ont été entendues par plusieurs témoins dans le secteur du collège Jules-Verne et du lycée Jean-Mermoz, à Bourges. Aucun impact de balle ou d'explosion et aucun individu armé n'ont été retrouvés.

Par Arthur Jégou

Plus de peur que de mal hier pour les 500 élèves et les personnels du collège Jules-Verne et du lycée Jean-Mermoz, à Bourges. Jeudi 15 septembre, aux alentours de 15 heures, plusieurs détonations résonnent allée des Collèges. Du moins, c'est ce qu'assurent plusieurs personnes présentes. Certaines auraient même aperçu deux individus qui semblaient armés dans le secteur où se trouvent les deux écoles.

Alarmés, des chefs d'établissements ainsi que plusieurs témoins paniquent mais adoptent immédiatement un bon réflexe en appelant les forces de l'ordre.

Très vite, des équipes de la brigade anti-criminalité (BAC), des groupes de sécurité de proximité (GSP) et des patrouilles en uniforme arrivent sur les lieux et boucle le périmètre. Parallèlement, vers 15h30, la direction académique des services de l'Education nationale (DASEN) de Bourges et la préfecture du Cher prennent conjointement la décision de confiner les élèves dans l'enceinte de leur établissement.
 

"Aucun individu armé n'a été retrouvé"

Après une heure d'inspection dans une ambiance anxiogène, aucune trace de détonations, tels que des coups de feu, n'est observé. Aucun individu armé n'est retrouvé. Tout le monde est sauf. "Au final, aucun individu armé n'a été vu dans le secteur et aucun impact de détonation a été observé", résume le procureur de Bourges Vincent Bonnefoy, soulagé par cette conclusion. "Je tiens cependant à saluer la direction académique et la préfecture pour avoir adopter le bon comportement".

La mesure est levée par la DASEN et le préfecture. La peur et le stresse se dissipent peu à peu pour les 350 collégiens et les 167 lycéens.

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus