L'hôpital de Bourges se mobilise pour la journée mondiale des accidents vasculaires cérébraux

Les AVC sont à l'origine de 150.000 décès chaque année en France. Ce vendredi, c'est la journée mondiale d'information et de prévention. Une de nos équipes s'est rendue à l'hôpital de Bourges (Cher). 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Le vrai danger ne prévient pas toujours" …  c'est le slogan de la journée nationale consacrée à la prévention de l'AVC, l'accident vasculaire-cérébral.

Les maladies vasculaires cérébrales sont la première cause de handicap de l’adulte en France, la première cause de décès chez les femmes et la seconde cause de démence après la maladie d’Alzheimer. Les AVC sont à l'origine de 150.000 décès chaque année en France.

Cette année, les femmes sont particulièrement visées par la campagne de sensibilisation. Après la ménopause leurs artères sont moins protégées. 

Journée de sensibilisation à l'hôpital de Bourges

Le personnel du centre hospitalier Jacques Coeur à Bourges s'est mobilisé, ce vendredi, pour cette journée. "Vite appelle vite, quand… le visage est paralysé, quand le bras ne peut se lever, quand la parole est troublée…" c'était les paroles d'une flash mob organisée spécialement pour l'occasion. 

Bien repérer les symptômes est essentiel

Les quatre symptômes qui doivent vous alertez sont :
• une paralysie d'un côté du corps, un bras qui peine à bouger par exemple
• le visage qui s'affaisse d'un côté
• une diminution brutale de la vision d'un œil
• une difficulté à s'exprimer ou à comprendre

Dans ce cas, appelez immédiatement le Samu. Soyez réactif, chaque minute compte.

Pendant que le caillot prive le cerveau de sang, ce sont 2 millions de neurones qui meurent chaque minute... et des chances de rétablissement ou même de survie qui s'envolent.

► Reportage complet au centre hospitalier Jacques Coeur à Bourges d’Aline Métais et Mekhak Movsissian, ce jeudi soir, dans L'édition des locales vers 19h15