Mort d'Arthur Noyer : les autres affaires Nordahl Lelandais

Nordahl Lelandais est jugé à partir de ce 3 mai à Chambéry pour le meurtre du caporal Arthur Noyer, originaire de Bourges. Depuis l'automne 2017, les investigations menées autour de la disparition d'Arthur Noyer et de la petite Maëlys ont tracé un portrait inquiétant de l'ancien maître-chien.

D'ici 2022, Nordahl Lelandais devrait également être jugé pour "meurtre précédé de séquestration sur mineur de moins de 15 ans" dans l'affaire Maëlys. Photo d'illustration
D'ici 2022, Nordahl Lelandais devrait également être jugé pour "meurtre précédé de séquestration sur mineur de moins de 15 ans" dans l'affaire Maëlys. Photo d'illustration © Michel THOMAS / Maxppp

Le soir du mardi 11 avril 2017, Arthur Noyer participe à une fête arrosée dans un bar de Chambéry, avec ses camarades du 13e bataillon de chasseurs alpins. Au même moment, comme l'ont découvert les enquêteurs, Nordahl Lelandais circule à proximité dans sa voiture, une Audi grise, après avoir été éconduit par une précédente conquête. Il prend le jeune caporal en auto-stop.

Après quatre ans de procédure, le procès qui se tient du 3 au 14 mai à Chambéry devrait faire définitivement la lumière sur ce qui est arrivé lors de cette nuit où le jeune caporal de 23 ans, originaire de Bourges, a perdu la vie et a été porté disparu pendant plusieurs mois.

Sur le banc des accusés, un homme : Nordahl Lelandais, qui maintient que la mort d'Arthur Noyer est le fruit d'une bagarre qui a mal tourné. Mais pour cet ancien maître-chien de 38 ans, arrêté à l'automne 2017, le parcours judiciaire ne fait que commencer. Mis en cause dans plusieurs autres affaires, dont la dipsarition de la petite Maëlys de Araujo, il est également soupçonné de plusieurs agressions sexuelles sur des mineures de sa familles. Parallèlement, les enquêteurs ont tenté de mettre le parcours de l'ancien militaire en relation avec plusieurs autres disparitions, sans succès.

Mis en examen pour meurtres, enlèvement et agressions pédophiles

C'est la disparition de Maëlys dans la nuit du 26 au 27 août 2017 qui a conduit à la mise en examen de Nordahl Lelandais pour "enlèvement et séquestration d'une mineure de moins de quinze ans" le 3 septembre 2017. Fin novembre, les chefs d'inculpation sont requalifiés en "meurtre précédé d'enlèvement". Il est pendant un temps soupçonné d'atteintes sexuelles sur la petite fille, mais les juges abandonnent ce chef, faute de preuves. Ce procès, lui, devrait avoir lieu en 2022 à Grenoble.

Le 3 juillet et le 7 décembre 2018, suite à ses aveux, Nordahl Lelandais est à nouveau mis en examen pour des agressions sexuelles qu'il aurait commises et filmées sur deux fillettes de 4 et 6 ans, deux petites cousines, dont l'une est sa filleule. Enfin, le 27 février 2020, Nordahl Lelandais est à nouveau mis en examen, cette fois pour l'agression sexuelle d'une autre petite cousine, âgée de 14 ans au moment des faits, le jour de l'enterrement de son père.

La piste muette des meurtres en série

Après l'arrestation de Nordahl Lelandais en 2017, les enquêteurs tentent de reconstruire son parcours, et le croisent avec celui d'autres victimes mortes ou portées disparues. En 2018, la cellue Ariane, composée de sept gendarmes, centralise les informations de 900 affaires non élucidées dans les régions où Lelandais a été actif.

Treize disparitions et une mort suspecte sont retenues comme pouvant être reliées à l'ancien militaire. C'est le cas de la mort de Thomas Rauschkolb, un jeune homme de 18 ans dont le corps a été retrouvé, le 28 décembre 2015, au bas d'une falaise située non loin d'une discothèque savoyarde fréquentée par Nordahl Lelandais à la même période.

Les informations de la cellule Ariane ont ensuite été transmises aux services de police ou de gendarmerie compétents, à qui il reviendra de poursuivre les investigations. Au cours des années, les enquêteurs ont même suspecté Nordahl Lelandais d'être impliqué dans la tuerie de Chevaline. Une piste finalement abandonnée.

S'il est déclaré coupable pour le meurtre d'Arthur Noyer, Nordahl Lelandais encourt jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle. Quatre ans après les faits, les parents d'Arthur Noyer se sont dits "prêts" à cette nouvelle épreuve. Leur avocat, Me Bernard Boulloud, a réclamé "sérénité et apaisement" avant l'ouverture de ce procès, le premier d'une longue liste pour l'accusé.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire nordahl lelandais faits divers affaire arthur noyer justice société affaire maëlys