Coronavirus : un employé de la centrale nucléaire de Belleville (Cher) positif au Covid-19

EDF a confirmé ce mercredi 11 mars que trois employés, dont un salarié de la central de Belleville, dans le Cher, sont positifs au coronavirus. Le salarié en question n'habite pas le département, qui reste épargné par la contagion.

La centrale de Belleville à l'arrêt après un défaut électrique
La centrale de Belleville à l'arrêt après un défaut électrique © France 3 CVDL
Trois personnes travaillant sur différents sites nucléaires d'EDF ont été testés positives au coronavirus, a indiqué le 10 mars le porte-parole de l'entreprise. L'un de ces trois employés travaille sur le site de Belleville, dans le Cher, comme le confirme la direction de la centrale.

L'agent, un habitant de la Nièvre, était en congé la semaine précédente et a lui-même entrepris d'appeler le 15 et de se faire contrôler avant de retourner au travail. "Il n'a donc été en contact avec aucun de ses collègues", précise la centrale de Belleville. De son côté l'ARS maintient le compte de 18 cas de coronavirus dans la région Centre-Val de Loire, avec aucune contagion dans le Cher à ce jour.

Néanmoins, la centrale a adopté, comme dans le reste de l'entreprise, des mesures de précaution : des affichages et des communications internes relaient les bons gestes, du gel hydroalcoolique et des lingettes ont été mises à disposition et la centrale a adopté un mode d'entrée "avec un espacement d'un mètre cinquante". La production d'électricité n'a pas été affectée.
 

Un "plan pandémie" pour pallier les absences

Dans le reste de l'entreprise, les employés qui ont été en contact avec ces personnes de manière rapprochée ont été renvoyés chez eux par précaution pour une durée de 14 jours. "Toutes les dispositions ont été prises pour que cet événement n'ait pas de conséquence
sur le fonctionnement et la sûreté des installations
", précise EDF.

Le groupe a mis en place au début des années 2000 un "plan pandémie", qui a été actualisé lors des épidémies de H1N1 et du Sras, prévoyant une poursuite de la production même en cas d'absences importantes parmi les effectifs. "En cas de pandémie, la production d'électricité et la sûreté des installations devront être assurées en permanence en prenant en compte le taux d'absences lié à la pandémie et les décisions gouvernementales sur la restriction des transports", souligne EDF.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société nucléaire environnement centrale nucléaire de fessenheim