• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Avec sa victoire au Milan-Sanremo, le Berrichon Julian Alaphilippe entre dans l'histoire du cyclisme

Julian Alaphilippe lors de sa victoire au Milan-Sanremo, le samedi 23 mars. / © Marco BERTORELLO / AFP
Julian Alaphilippe lors de sa victoire au Milan-Sanremo, le samedi 23 mars. / © Marco BERTORELLO / AFP

Le coureur originaire de Saint-Amand-Montrond a remporté samedi 23 mars la 110° édition de Milan-Sanremo, l'une des cinq grandes courses cyclistes. 

Par Yacha Hajzler

Première victoire dans l'une des cinq courses "monument" : c'est le jackpot pour Julian Alaphilippe. Le coureur, originaire du Cher, a remporté samedi 23 mars la 110ème édition de Milan-Sanremo, la première grande course de la saison.

Depuis le début de l'année, le Berrichon aura donc remporté sans exception toutes les courses auxquelles il s'est présenté : Tour de San Juan, Tour de Colombie, Strade Bianche, Tirreno-Adriatico et, enfin, Milan-Sanremo. 
 

Un sprint final bien préparé


Revenu du Tour de France avec le maillot du meilleur grimpeur, "Alaf" s'est démarqué dans un sprint de rêve. Le Français a réagi au démarrage du Slovène Matej Mohoric et a déboîté de son sillage avant les 200 mètres."Quand je l'ai vu partir, je me suis dit : c'est maintenant ou jamais", a raconté le coureur.

L'aboutissement d'une longue journée, menée par un groupe en forme, et très concentré. L'équipe a dicté l'allure dans la dernière montée. "Au briefing, j'avais demandé à mon équipe de me placer au pied du Poggio au maximum dans les cinq premiers, de façon à pouvoir rendre la course plus dure et de pouvoir récupérer dans les virages sans avoir besoin de remonter devant", a détaillé le champion, très reconnaissant envers ses coéquipiers. 
 
Julian Alaphilippe, entouré de son staff, après sa victoire au Milan-Sanremo / © Marco BERTORELLO / AFP
Julian Alaphilippe, entouré de son staff, après sa victoire au Milan-Sanremo / © Marco BERTORELLO / AFP


Alaphilippe dans la cour des (très) grands


Avec cette victoire, Julian Alaphilippe devient le troisième coureur français du XXIème siècle à remporter l'une des cinq courses "monument", le surnom des grandes classiques cyclistes. 

Il succède à Arnaud Démare, vainqueur à Sanremo en 2016, et à Thibaud Pinot, lauréat du Tour de Lombardie, en octobre 2018. Un triplé inespéré, car avant Démare, plus aucun Français ne s'était illustré dans une classique depuis 1997 !

En 2019, "Alaf" devrait encore disputer le Tour du Pays Basque et les Ardennaises. "Je n'ai pas atteint mes limites, j'ai encore beaucoup de choses à réaliser dans le cyclisme", a-t-il prévenu. 

Sur le même sujet

Un parcours sécurisé pour les jeunes migrants

Les + Lus