Confinement : les plateformes de soutien aux commerces de proximité se multiplient en Centre-Val de Loire

Depuis le 15 mars, les commerces de proximité sont dans l'obligation de fermer au public, une situation qui engendre des difficultés financières. Face à cette problématique, des plateformes pour leur venir en aide voient le jour.

Depuis le 15 mars, les commerces "non-essentiels" n'ont plus le droit d'ouvrir au public
Depuis le 15 mars, les commerces "non-essentiels" n'ont plus le droit d'ouvrir au public © FREDERICK FLORIN / AFP
Bien qu'ils soient fermés au public, les bars, restaurants et hôtels de proximité restent dans le coeur des habitants de la région.

Depuis le 15 mars et l'interdiction d'ouvrir pour les établissements "non essentiels", les initiatives solidaires à l'égard des commerçants locaux fleurissent sur internet, notamment à travers des plateformes en ligne.

Les institutions publiques de toute la France ont été les premières à s'emparer de la problématique. Depuis le début du mois d'avril, la région Centre-Val de Loire a lancé une plateforme répertoriant tous les producteurs locaux encore en activité.

Objectif : aider les petits commerces à se faire connaitre en période de confinement et encourager la consommation locale. 

En un questionnaire, les producteurs sont répertoriés sur la carte interactive de la plateforme. Des recherches par type de produit y ont été mises en place, ce qui facilite également le quotidien des habitants de la région dont les habitudes de consommation sont bouleversées par le confinement. Quelques jours avant la création de ce site, l'association des maires de France avait déjà tiré la sonnette d'alarme sur la situation des commerces de proximité et lancé une souscription nationale leur étant destinée : La plateforme C'est ma tournée !

Avancer le règlement

Beaucoup de ces plateformes solidaires ont un principe commun : le versement d'une contribution financière contre un avoir sur place à la réouverture du commerce. Un système ingénieux qui permet à chacun d'être solidaire envers des établissements qui n'ont plus de rentrées d'argent depuis un mois, et qui craignent la faillite avant la réouverture.

Lancé par le Conseil du Commerce de France, le site Soutien commercants-artisans permet ainsi de commander des bons d'achat auprès des établissements de proximité. Soutenu par la métropole de Tours, ce projet propose déjà des bons d'achats dans le secteur du tourisme, de l'alimentation, des loisirs ou encore du prêt-à-porter en Centre-Val de Loire.

Grâce à #Quarantaime, la plateforme solidaire lancée par l'entreprise MyBeezBox, il est aussi possible de faire deux bonnes actions en une seule commande. Le site propose de réserver des séjours "bien-être" ou des nuitées dans les hôtels de la région actuellement fermés (hostellerie du Grand Sully, Le Clos d'Amboise, le domaine des Thomeaux...). 

5% de chaque commande seront reversés à l'association Tous Unis contre le Virus
, créée par l'AP-HP, la Fondation de France et l’Institut Pasteur. De quoi rêver à son futur séjour dans les plus beaux sites de notre région.Côté restauration, vous aurez l'embarras du choix à la réouverture des restaurants. La plateforme J'aime mon bistrot propose aux clients de retrouver leurs restaurants, hôtels et cafés de proximité sur une carte interractive. Une fois l'établissement sélectionné, il suffit de choisir une consommation ou un plat, de les régler à l'avance et de venir les déguster à la réouverture.

Au passage, la plateforme prélève 1,4% de la somme perçue par le bistrot, qui sera également taxé de 0,25 € par transaction bancaire. Chaque établissement a droit à 2000€ maximum de prévente sur la plateforme. Il reçoit l'argent des consommateurs solidaires au fur et à mesure des transactions afin de subvenir, dès à présent, au paiement de ses charges.

A l'heure actuelle, J'aime mon bistrot propose déjà de soutenir presque 200 commerçants de la région Centre-Val de Loire. Outre l'aide financière, le site permet aussi aux habitants de la région de laisser un message d'encouragement aux commerçants de leur choix.

De son côté, la plateforme aide-aux-restaurateurs, lancée par Deliveroo, La Fourchette, CentralApp et Choco, permet de trouver les établissements qui pratiquent actuellement la vente à emporter. La plateforme de livraison propose aussi d'acheter les invendus des établissements encore ouverts afin de réduire le gaspillage. Une action solidaire, écologique et économique !

Les plateformes sont donc un moyen de sauver la trésorerie des bars et des restaurants dès aujourd'hui, mais aussi d'assurer un retour rapide des clients munis d'un avoir dès leur réouverture. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie solidarité société internet
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter