Confinement : parents, à quoi vous avez droit pour garder les enfants privés d'école

Avec ce troisième confinement, la vie de millions de Français est à nouveau bouleversée. Les enfants resteront chez eux pendant au moins trois semaines.

Le chômage partiel pourra être utilisé par les parents en cas de garde d'enfants.
Le chômage partiel pourra être utilisé par les parents en cas de garde d'enfants. © Pixabay

C’est le casse-tête dans toutes les familles depuis l’annonce de ce nouveau confinement pour l’ensemble de l’Hexagone. Avec la fermeture des écoles et la refonte du calendrier des vacances, les enfants resteront à la maison pendant au moins trois semaines. Quelle solution pour les garder ?

Le chômage partiel sera possible

Vous pouvez demander à votre employeur de modifier vos congés pour qu’ils tombent sur les nouvelles dates de vacances scolaires, du 12 au 26 avril. "Les employeurs sont invités à faciliter la prise de congés" dit le Ministère du travail.

Si ce n’est pas réalisable, le recours au chômage partiel est possible pour les parents d’enfants de moins de 16 ans ou en situation de handicap. Quel que soit votre secteur d’activité (privé, public ou indépendant), un seul des deux parents peut l’obtenir.

Pour les salariés du privé, si vous ne pouvez pas ou ne souhaitez pas travailler à distance et garder vos enfants en même temps, vous pouvez demander à être en activité partielle. Vous toucherez alors 84 % de votre salaire – 100 % si vous êtes au SMIC. Cela ne coûtera rien aux entreprises, précise le ministère du travail. Le reste à charge sera de zéro pour les employeurs.

Pour les fonctionnaires, si vous ne pouvez pas télétravailler, vous serez placés en autorisation spéciale d’absence et indemnisés à 100 %. Il n’y a pas de démarche à faire.

Pour les non-salariés (professions libérales, artisans, commerçants, stagiaires de la formation professionnelle, etc.), vous pouvez utiliser un arrêt de travail dérogatoire pour garde d’enfant. Il suffit de remplir une déclaration en ligne sur le site de la caisse d’assurance maladie (ici pour le régime général, ici pour le régime agricole).

Les assistantes maternelles continueront à travailler

La décision a été prise à l’issue d’une réunion organisée, ce vendredi (02 avril) par le secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles, Adrien Taquet. Alors que les crèches doivent fermer leurs portes, comme les écoles, collèges et lycées, les assistantes maternelles auront le choix. Soit elles continueront à travailler, avec des mesures sanitaires renforcées pour l’accueil des enfants. Soit elles seront au chômage partiel.

"Il sera toutefois fait appel à la responsabilité des parents employeurs pour le recours à l'assistante maternelle en cas d'extrême nécessité", a précisé sur France Info, Nathalie Dioré, secrétaire confédérale de la Confédération des syndicats d'assistants familiaux et assistants maternels.

Les enfants des personnes prioritaires seront gardés 

Comme pour le premier confinement, un système de garde sera mis en place par les mairies pour accueillir les enfants du personnel prioritaire (soignants, pompiers, salariés du médico-sociaux, forces de l’ordre, etc.)

Quid des grands-parents ?

Les grands-parents peuvent garder leurs petits-enfants. Les parents pourront circuler, sans limite de distance, pour déposer et récupérer leurs enfants à condition de remplir l'attestation de déplacement dérogatoire. Il faudra cocher la case numéro 8 "Motif familial impérieux, personnes vulnérables ou précaires ou gardes d’enfants". Mais attention, le risque sanitaire est toujours présent.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : conseils pratiques santé société covid-19