Covid-19 : la pénurie de main d’œuvre s'accentue dans les agences d'intérim

Publié le Mis à jour le

Chaque jour, Omicron envoie des milliers de salariés en arrêt maladie. Les entreprises ne parviennent pas à les remplacer par des intérimaires, moins nombreux qu'il y a deux ans en Centre-Val de Loire. Les agences d’intérim restent impuissantes.

"On croule sous les demandes"avoue Lara Rocher Urvoy, directrice du Centre-Val de Loire au sein du groupe Crit, l’une des plus grandes agences d’intérim. Dans notre région, les quelque 36 000 intérimaires ne suffisent plus à combler les besoins. 

Avec Omicron, variant particulièrement contagieux, les arrêts maladies se multiplient dans les entreprises. "Nous faisons face à une double difficulté : nous peinons à trouver des candidats et nous ne savons pas combien de temps vont durer les remplacements. On souffre depuis 2 ans". L’agence demeure en perpétuelle recherche de main d'œuvre. Chaque jour, des offres d’emploi sont publiées sur les réseaux sociaux. 

De nouveaux métiers sous tension sont apparus avec la crise sanitaire : ceux de la logistique, du transport et du commerce. Dans la restauration, les candidats sont devenus rares. "Nous manquons de serveurs par exemple. Nombreux sont ceux qui se sont réorientés après les confinements, ayant pris goût à une vie sans horaires décalées", explique Lara Rocher Urvoy.

Des candidats plus exigeants, des entreprises plus flexibles

Sollicités en permanence, les intérimaires s’avèrent aujourd’hui en position de force. L’offre d’emploi s’est densifiée. Ils n’hésitent plus à refuser certaines propositions de travail. Les employeurs en ont conscience et sont devenus plus conciliants. 

La difficulté à trouver de la main d’œuvre est telle que les entreprises sont prêtes à recruter du "savoir-être" plutôt que du "savoir-faire"

Lara Rocher Urvoy, directrice de la région Centre-Val de Loire au sein du groupe Crit

En d’autres termes, un intérimaire se montrant motivé et ponctuel pourra être retenu à un poste même s’il ne présente aucune expérience dans le domaine. Un fait très rare avant la crise sanitaire. L'agence se tient alors disponible pour dispenser une formation.

Le milieu médical pour l’instant préservé en Centre-Val de Loire

"On reçoit au quotidien des appels à l’aide des directeurs des établissements de santé", raconte Amira Bendahmane, responsable chez Ergalis Tours, une agence d’intérim spécialisée dans le milieu médical. L’activité s’est intensifiée depuis mi-décembre. "On ressent directement les vagues. Tous les jours, nous devons remplacer au pied levé des infirmiers, des aides-soignants ou encore des coordinateurs dans les hôpitaux, cliniques et Ehpad de la région".

REPÈRES

  • 42% des entreprises industrielles ont des difficultés à recruter de la main d’œuvre en France,
  • 286 000 emplois vacants au 3ème trimestre 2021,
  • 36 800 emplois intérimaires en Centre-Val de Loire, où les 5 premiers secteurs utilisateurs sont les transports (19,6%), le BTP (12,4%) et les services (11,8%),
  • 450 agences d’intérim en Centre-Val de Loire.

Pour l’instant, tous les besoins sont satisfaits. Mais l’agence prévoit déjà de recruter du personnel en cas de nouvelle vague covid plus puissante encore.