DATA. Covid-19 : la pauvreté a fortement augmenté en région Centre-Val de Loire depuis le confinement

Les conséquences de la crise sanitaire liée au covid-19 ne se sont pas fait attendre : depuis le confinement, le nombre de bénéficiaires du RSA a explosé en région Centre-Val de Loire, de façon plus ou moins importante selon les départements.
En Centre-Val de Loire, au moins 4000 personnes supplémentaires ont perçu le RSA depuis le mois de janvier 2020
En Centre-Val de Loire, au moins 4000 personnes supplémentaires ont perçu le RSA depuis le mois de janvier 2020 © Rémy PERRIN / Maxppp
La pandémie de covid-19, sans surprise, n'aura pas que des conséquences sanitaires. Presqu'un an après les premiers cas de cette maladie détectée en Chine en novembre 2019, les premières statistiques montrent que le taux de pauvreté mondial, en baisse constante depuis trente ans, était reparti à la hausse. Selon la Banque mondiale, dans une étude citée par le Monde, 150 millions de personnes dans le monde vont basculer dans l'extrême pauvreté à cause de la pandémie.

La France non plus n'a pas été épargnée par l'augmentation de la pauvreté, comme en témoigne la région Centre-Val de Loire. Moins touchée que le Grand Est ou les Hauts de France par la crise sanitaire, la région a néanmoins vu exploser le nombre des bénéficiaires du RSA depuis le mois de mars, ainsi que les demandes auprès des associations caritatives. Dans le seul Loir-et-Cher, le nombre "consolidé" des bénéficiaires du RSA a connu une forte hausse, passant de 6994 au mois de janvier à 7559 en août, soit une progression de 7,46%, et une hausse de 4 millions du budget alloué à cette aide.
 
Loading...

Loading...


Le département d'Indre-et-Loire, qui attendait le 17 octobre prochain la venue du Premier ministre Jean Castex, finalement annulée, annonce quant à lui une hausse de 10% du nombre de bénéficiaires depuis le mois de mars. Son président, Jean-Gérard Paumier, a déploré, dans une lettre adressée au Premier ministre, une évolution "intenable" pour les finances du département, qui devra, "d'ici la fin de l'année, ajouter 6,6 millions d'euros aux 80 millions d'euros déjà votés pour le RSA au budget de janvier 2020". Le département appelle donc à "une prise en charge significative par l'Etat du surcoût" de ces dépenses pour les collectivités locales.
 

Tous les indicateurs nous montrent que cette situation tend encore à s'aggraver pour les mois à venir avec une prévision d'augmentation du nombre d'allocataires RSA et d'une dépense prévisionnelle RSA 2021 estimée à 95 millions d'euros.

Jean-Gérard Paumier

Le département du Loiret a dû lui aussi voter une allonge conséquente de budget à la mi-octobre, à hauteur d'environ 11 millions d'euros, pour faire face à une augmentation de 8,74% des bénéficiaires. Le conseil départemental loirétain s'attend à une augmentation de 10% d'ici à la fin de l'année. A l'échelle de la région, tous les départements excepté l'Eure-et-Loir ont été en mesure de communiquer les chiffres des bénéficiaires du RSA, dont l'augmentation est plus ou moins marquée.
 


Outre la progression de la pauvreté, d'autres indicateurs économiques sont déjà dans le rouge, comme l'évolution de l'emploi ou les créations d'entreprises. L'industrie automobile et la sous-traitance aéronautique sont particulièrement touchées, mais d'autres secteurs majeurs pour l'économie régionale, comme l'événementiel ou l'hôtellerie-restauration, ont également subi des dégâts très lourds. Dans son intervention télévisée de ce 14 octobre, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé qu'une "aide financière" serait apportée aux bénéficiaires du RSA et des APL.
 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire politique coronavirus/covid-19 santé société crise économique économie