• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Désertification médicale : le collectif Citlab édite une charte de bonne conduite

A la désertification médicale s'ajoute le problème de la concurrence entre communes - Photo d'illustration / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
A la désertification médicale s'ajoute le problème de la concurrence entre communes - Photo d'illustration / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

Pour éviter que le recrutement des professionnels de santé ne devienne un réglement de comptes à OK Corral.

Par Yacha Hajzler

Ouverture de maisons pluridisciplinaires, surenchère dans les possibilités de subvention, outils en ligne...  "De nombreuses communes se sentent obligées à mettre en oeuvre des stratégies d’incitation à l’installation (des médecins, ndlr). Malheureusement celles-ci sont souvent non concertées, concurrentielles." 

Un collectif en pointe 

C'est le constat que fait Citlab, un collectif de citoyen de la métropole d'Orléans qui est autant un lieu de réflexion qu'un moyen d'influence sur les politiques locales.

Il est particulièrement actif sur le volet de la désertification médicale, avec par exemple la création du groupe "Parraine un médecin" sur Facebook, pour drainer les actualités et les débats sur le sujet, qui compte plus de 900 membres. Ils ont également dédié un e-magazine complet sur la question

Après avoir proposé des solutions pour attirer les jeunes médecins, ils publient cette fois une charte de bonne conduite visant à éviter une compétition délétère entre les communes qui cherchent à attirer des professionnels de santé. 

Solidarité entre communes


Selon nos confrères du site Apostrophe45, cette charte a été présentée à Orléans le 25 avril. Gérard Boudon, adjoint au maire de Saint Denis en Val
Pedro Nieto, conseiller municipal à la santé de Saint Jean de la Ruelle et Marie-Odile Pelle Printanier, adjointe au maire de Chécy, en sont les premiers signataires. 

Ce faisant, ils engagent leur commune "à ne pas démarcher, détourner ou tenter de démarcher ou de détourner, les médecins installés dans un périmètre de trente kilomètres, au profit de leur commune ou pour le compte d’une autre commune proche". Un principe simple, qui a pour but d'instaurer une solidarité et une cohérence entre les communes qui souhaitent recruter des professionnels de santé. 


Une initiative intéressante dans une région en tension, après l'accueil plus que froid réservé par le Conseil régional au Plan régional de santé de l'ARS, la semaine dernière. 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus