• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Elections européennes : cinq réformes emblématiques de l'Union Européenne

Les 1er tour des élections européennes se déroule le 26 mai - Photo d'illustration / © Patrick Pleul/MaxPPP
Les 1er tour des élections européennes se déroule le 26 mai - Photo d'illustration / © Patrick Pleul/MaxPPP

Contrairement à ce qu'on pense, les décisions prises à Bruxelles ont un impact très direct sur nos vies : la preuve en cinq exemples. 

Par Y.H avec AFP

Il reste huit jours à attendre. Le 1er tour des élections européennes se déroulera le 26 mai, avec 34 listes déposées et quelques petits nouveaux, dont bien évidemment la liste Alliance Jaune menée par Francis Lalanne. Lors des dernières élections européennes, en 2014, seuls 42% des électeurs se sont déplacés pour faire valoir leur droits.
 
C'est vrai, voter aux européennes n'est ni particulièrement drôle, ni très simple. Mais les décisions de l'UE influencent de près nos modes de vie. La preuve en cinq exemples. 
 

Écologie : coup de frein sur le plastique 


La nouvelle réglementation interdisant les plastiques à usage unique a été adoptée fin mars, en moins d'un an, signe d'un large consensus. Pailles, touillettes à café, tiges de ballon mais aussi emballages alimentaires en polystyrène expansé (bien connus des adeptes de repas à emporter) seront bannis dans l'UE dès 2021.

Quant aux bouteilles en plastique, elles devront être mieux recyclées, tandis que l'industrie du tabac sera mise à contribution pour les coûts de collecte et de recyclage des filtres à cigarette.
 

Emploi : une réforme pour les travailleurs détachés


La réforme du travail détaché adoptée en 2018, la France y tenait beaucoup. Le détachement est un dispositif qui permet à un Européen de travailler temporairement dans un autre pays de l'UE, tout en continuant à dépendre du système social de son pays. En 2017, le seul département du Loir-et-Cher a embauché 9000 de ces salariés comme saisonniers agricoles. 

De nombreuses fraudes et dérives ont découlé de ce système, avec l'embauche de travailleurs venus notamment de l'Est, beaucoup moins bien rémunérés et protégés, constituant une concurrence jugée déloyale par les travailleurs français. La lutte contre la fraude au détachement a été d'ailleurs inscrite dans les priorités 2019 par l'inspection du travail de l'Indre. 

La réforme veut garantir le principe d'"une rémunération égale pour un travail égal", et fixe à 12 mois la durée maximale du détachement, prolongeable de six mois. Une négociation distincte est toujours en cours pour le cas particulier des chauffeurs routiers.
 

L'UE renforce le droit d'auteur


La réforme du droit d'auteur a été adoptée en 2019, au terme d'une bataille qui a opposé d'un côté grands groupes de presse et artistes favorables au texte, et de l'autre géants du numérique et défenseurs de la liberté d'internet, inquiets de ses conséquences.

A lire aussi
L'une des dispositions phares rend les plateformes juridiquement responsables des contenus, les forçant à s'assurer qu'elles respectent bien le droit d'auteur. Une autre  crée un "droit voisin" pour les éditeurs de presse, censé leur permettre de se faire mieux rémunérer lors de la réutilisation en ligne de leur production par des agrégateurs comme Google News.
 

Données personnelles : l'UE s'impose 


Depuis un an maintenant, les sites internet vous demandent votre permission - avec plus ou moins de bonne volonté - pour l'utilisation de vos données. Vous avez découvert, un peu effarés peut-être, le nombre d'entreprises qui recevaient des informations sur vous sans que vous en soyiez même conscients.
 
C'est grâce au désormais fameux RGDP : le Règlement Général sur la Protection des Données. Adopté en 2018, cet arsenal de règles est cité en exemple jusqu'aux Etats-Unis. En plus de renforcer le droit pour un internaute de savoir qui traite ses données et dans quel but, il impose également aux sites et plateformes d'informer leurs utilisateurs de tout piratage.

Les entreprises ne les respectant pas risquent gros, avec des sanctions pouvant atteindre 4% de leur chiffre d'affaires mondial.
 

Téléphonie : les mêmes prix dans toute l'Europe


Avant, en passant en Belgique, en Suisse ou en Espagne, on se mettait à compter scrupuleusement le prix d'un sms ou d'un appel. C'était dû aux "frais d'itinérance", aussi appelés "roaming". L'UE a mis fin à cette manne d'argent facile pour les opérateurs en juin 2017, en permettant aux consommateurs européens d'utiliser leurs forfaits mobiles sur tout son territoire, sans surcoût. 

Sans surprise, l'utilisation des données mobiles a été multipliée par 12, tandis que le nombre d'appels téléphoniques des voyageurs a doublé, par rapport aux habitudes constatées avant l'entrée en vigueur de la réforme.

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus