On vous embarque !

Le dimanche à 12.55
Logo de l'émission On vous embarque !

Indre-et-Loire : ils ont fait le choix de la permaculture !

Pierre Chevelle aux côtés de Nicolas Toutain (domaine de la Bourdaisière) et Xavier Mathias (agriculteur en permaculture) / © Troisième Œil Productions
Pierre Chevelle aux côtés de Nicolas Toutain (domaine de la Bourdaisière) et Xavier Mathias (agriculteur en permaculture) / © Troisième Œil Productions

Plus qu'un mode de culture, la permaculture est un mode de vie. Qui sont les nouveaux pèlerins du jardin ? Rencontre, avec des pionniers de la « Perma », en Centre Val-de-Loire !

Par Emmanuel Delfarguiel

Il a fallu moins d’une décennie pour que la permaculture pousse sa corne dans la sphère agricole. A l’origine du mouvement ? Un désir de culture éthique, raisonnable et naturelle qui tend à ramener le goût, le vrai, dans les assiettes.
 

J’ai appelé mon jardin : le champ de pagaille. Ici tout fleurit à son gré, moi, j’étudie, j’accompagne et ça pousse bien !

Dans sa micro-ferme de Chédigny (Indre-et-Loire), Xavier Mathias papillonne de plante en arbre, caresse les feuilles, dorlote les fruits. La révolution agricole qui l’anime depuis toujours a gagné son nom au fil des ans : « permaculture ». La permaculture, c’est l’art de cultiver et récolter sans tyranniser les végétaux ou les sols, en omettant les énergies fossiles et les adjuvants chimiques. Pour faire simple : Xavier le maraîcher est un adepte d’un culte salutaire, un hymne à la vie !

Permaculture : la philosophie de jardin va sauver le goût !

Le choix s’est imposé de lui-même, les urgences et les défis écologiques ont forcé ce retour en arrière, pour Xavier, la culture harmonieuse n’est pas une option. C’est la seule issue et elle vient avec son lot de bonnes nouvelles.
En tête de liste ? Le retour du goût ! Chez Xavier la saveur des tomates fait exploser les papilles et rappelle à l’heureux visiteur qu’on ne mange pas « que » pour vivre, on peut aussi vivre pour manger, et bien, si possible !

L’idée est tellement simple qu’elle fait boule de neige. Dans la région,  les initiatives comme celle de Xavier poussent comme ses plantes : luxuriantes ! Une effervescence qui porte en elle les germes de la réussite : les maraichers des « nouveaux jardins » ont placé le troc de leurs graines paysannes au cœur de la production.

Sur la carte de ces échanges culturels et permacoles, le château de la Bourdaisière situé à Montlouis-sur-Loire, fait office de capitale. Son jardinier star, Nicolas Toutain, est en charge du développement du « conservatoire national de la tomate » : un hectare de jardin, dont les plans sont saturés de tomates plus charnues que multicolores, et dont les 700 espèces portent des noms qui rappellent le visiteur à un monde merveilleux et oublié.
 
L’objectif du lieu ? Référencer et préserver des espèces que la machine agro-alimentaire vouait à une disparition irréversible. Les producteurs locaux trouvent ici la possibilité de cultiver autrement des variétés rares et les consommateurs sont au rendez-vous, guidés par les grands chefs qui ne jurent que par la « Perma ». Si l’espoir d’une production vertueuse existe, il pousse sûrement entre ces murs.

Reste la question qui fâche : face à la croissance démographique, aux challenges économiques, la permaculture peut-elle remplacer les exploitations polluantes à moyen terme ? A priori, la réponse est complexe, et le travail, long. Xavier Mathias, lui, a choisi l’optimisme et son envie est communicative : « On nous a fait croire pendant cinquante ans que consommer rendait heureux. Or, consommer ne nous rend pas heureux. Ce qui rend heureux, c’est de revenir à la base de la vie : être et faire. C’est ce que la permaculture offre, c’est pour cela qu’elle a ce succès-là » .
 


► Pouren savoir plus, rendez-vous dans l'émission "On vous embarque !" diffusée le dimanche 20 octobre 2019 à 12h55 sur France 3 Centre-Val de Loire.

A lire aussi

Tout le monde peut prendre sa place