Résultats législatives : il a combattu LREM puis a pris l’étiquette de la majorité, Philippe Vigier en tête du 1er tour en Eure-et-Loir

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julie Postollec .

Philippe Vigier (MoDem – Ensemble !) arrive en tête du premier tour de ces législatives dans son bastion de Châteaudun (la 4e circonscription d'Eure-et-Loir), malgré le changement d’étiquette entre 2017 et 2022. Il affrontera au second tour la candidate du Rassemblement national, Virginia de Oliveira (24,51%).

Philippe Vigier est-il indétrônable ? C’est la question que l’on peut se poser quand l’on compare les résultats des législatives de 2017 et 2022. En 2017, le député sortant s’est présenté à sa succession sous l’étiquette UDI (Union des démocrates et des indépendants). Alors soutenu par Les Républicains, il est arrivé en tête du premier tour avec 42,72% des voix, devant la candidate LREM, Clémence Rouvier qui a obtenu 20,43% des suffrages.

Cet écart s’est largement creusé au second tour puisqu’il a remporté l’élection avec 70,38% des votes. Ici, contrairement à une partie de la France, la vague macroniste n’a donc pas déferlé. 

Opposant puis soutien à E. Macron

En 2022, le scénario qui se dessine semble similaire… à quelques détails près. Comme en 2017, Philippe Vigier engrange à nouveau 42% des voix (42,66% précisément). Comme en 2017, il a une avance certaine sur son adversaire : 18 points de plus que Virginia de Oliveira (RN), contre 22 points à l’époque face à Clémence Rouvier.

Mais cette fois, cinq ans après avoir laminé la représentante LREM, Philippe Vigier est investi… par la majorité présidentielle. Un changement qu’il explique par la pandémie de ces deux dernières années où Emmanuel Macron l’a convaincu. 

"Là, j’ai vu le président de la République qui a protégé les Français et qui a fait en sorte qu’au niveau européen et en France, on soit capable de vacciner. Il y a eu cette crise économique terrible où on a inventé le « quoiqu’il en coûte », assène-t-il Je n’oublie pas ce qui a été fait pour le Ségur de la santé, les personnels que l’on a su récompenser. Il faudra d’ailleurs aller plus loin parce qu’ils sont mal payés avec des tâches tellement difficiles."

Je ne suis pas d’accord sur tout avec lui. Mais je trouve que sur les sujets majeurs, il est au rendez-vous.

Philippe Vigier

Au micro de France 3 Centre-Val de Loire

La prime à l'ancrage local

Visiblement, ce changement n'a pas influé sur le choix des électeurs qui semblent récompenser avant tout son ancrage local dont il fait montre.

"C’est ma marque de fabrique dans cette circonscription : 220 réunions publiques en cinq ans, et d’ailleurs là dans cette campagne, 167 rendez-vous que j’ai proposés. Et j’ai appris à chaque fois avec humilité, j’emmagasine les choses, je comprends mieux, assure-t-il. Et demain j’aurai une voix forte, une voix libre, une voix aussi qui sera soudée pour que la France gagne dans ces cinq prochaines années."

Mais cette confiance sur la durée ne risque-t-elle pas de s’effriter ? C’est la question que l’on est en droit de se poser si l’on regarde les résultats du député non plus sur cinq ans, mais sur les 15 dernières années.

Après un premier essai en 2002, il retente sa chance en 2007, où il remporte l’élection dès le premier tour avec 57,12% des suffrages, loin devant le candidat PS. Rebelote en 2012 où il rassemble 50,72% des voix encore une fois dès le premier scrutin, face cette fois au candidat de l’alliance EELV-PS-PRG.

Le RN a-t-il une chance ?

Depuis 2017 donc, Philippe Vigier se trouve en ballottage et doit affronter un adversaire au second tour. Virginia de Oliveira a-t-elle une chance de faire bouger les lignes ?

Si les électeurs suivent leurs inclinations de la présidentielle, elle peut espérer faire un bon score. La 4e circonscription est en effet la seule d’Eure-et-Loir à avoir placé Marine Le Pen en tête non seulement au premier tour, mais aussi au second avec 53,14% des voix, comme le montre cette carte.

Si les votants privilégient l’ancrage local, elle a par contre peu de chances de l’emporter : la candidate RN, par ailleurs conseillère régionale, est en effet implantée en Eure-et-Loir, mais plutôt dans le Nord du département puisqu'elle était sur la liste Rassemblement national d'Aleksandar Nikolic lors des municipales 2020 à Saint-Rémy-sur-Avre.

Nous avons tenté de la joindre cet après-midi, mais n’avons pas eu de retour pour le moment.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité