Une femme mise en examen après la découverte de deux corps de nouveau-nés à son domicile

Une femme de 28 ans a été mise en examen pour meurtre et placée en détention provisoire après la découverte des corps de deux nouveau-nés dans sa maison en Eure-et-Loir.

Le 19 avril 2023, les gendarmes d'Eure-et-Loir ont découvert au domicile d'une femme de 28 ans, le corps d'un nourrisson. Ce dernier était enveloppé dans un sac-poubelle dissimulé derrière la pompe de la piscine dans le jardin.

Sept jours plus tard, après de nouvelles investigations, un deuxième corps de nouveau-né est retrouvé, enveloppé dans une couverture et caché dans la mezzanine du garage.

Soupçonnée d'être la mère des deux enfants décédés, l'occupante de la maison est mise en examen pour meurtre sur mineur de 15 ans et placée en détention provisoire.

Elle se rend à l'hôpital de Dreux et éveille les soupçons

L'affaire débute le 18 avril 2023 lorsque la femme, déjà mère de deux enfants de 3 et 9 ans, se rend à l'hôpital de Dreux pour des saignements utérins. "Elle explique alors aux urgentistes qu'elle était enceinte de deux mois et venait de faire une fausse couche", relate le procureur de la République de Chartres, Frédéric Chevallier, confirmant les informations révélées par l'Echo Républicain.

Mais en consultant son dossier médical, les soignants se rendent compte que la patiente était suivie pour une grossesse qui arrivait à son terme. Plusieurs rendez-vous attestent qu'elle devait en réalité accoucher le mois suivant.

L'hôpital informe alors les gendarmes qui se rendent à Bû le lendemain pour perquisitionner le domicile familial en présence du conjoint. C'est alors que le corps du premier nourrisson est découvert dans le jardin.

Un second cadavre de nourrisson découvert 8 jours plus tard

Placée en garde à vue à l'issue de son hospitalisation, cette assistante maternelle à domicile sans antécédents judiciaires reconnaît lors d'une première audition avoir en réalité été enceinte depuis septembre 2023 et raconte avoir accouché sur son lit le 18 avril. Afin que son conjoint n'entende pas les cris du nouveau-né, elle déclare avoir placé une serviette sur la bouche du bébé.

"C'est au cours d'une seconde audition qu'elle avoue une autre grossesse", relate Frédéric Chevallier. La femme explique avoir accouché deux ans plus tôt, le 9 novembre 2021 et affirme qu'à sa naissance, l'enfant ne respirait pas. Elle raconte avoir caché le corps dans une couverture enveloppée d'un sac-poubelle qu'elle a placé dans le garage du domicile familial. Il est retrouvé par les gendarmes lors d'une nouvelle perquisition le 26 avril."C'est une dame qui est perturbée, dans la difficulté. Ce n'est pas évident pour elle de pouvoir parler de tout ça", explique le procureur de la République de Chartres.

On a saisi des experts qui vont nous expliquer le processus psychologique de cette dame. Elle nous dit qu'elle n'arrivait pas à assimiler qu'elle était enceinte.

Frédéric Chevallier - Procureur de la République de Chartres

Entendu comme témoin, le conjoint et présumé père des deux nourrissons décédés, avait bien constaté des rondeurs chez sa compagne, a-t-il déclaré, et soupçonnait une grossesse. Selon le Procureur de la République de Chartres, l'homme semblait malgré tout "découvrir les choses et tomber des nues", d'autant que cette dernière aurait nié être enceinte, lui montrant même un test négatif pour en attester."

Des analyses sont en cours afin de découvrir si les nourrissons sont nés viables et déterminer les causes de la mort. Des tests sont également en cours de réalisation afin de s'assurer que la mise en cause et son compagnon sot bien les parents des deux nouveau-nés.

Mise en examen le 27 avril pour homicide volontaire aggravé sur mineur de 15 ans et placée en détention provisoire, la mère de famille encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité