Cet article date de plus de 5 ans

L'agroforesterie récompensée en Eure-et-Loir

En Eure-et-Loir, le jeune agriculteur Victor Pichot vient de recevoir le prix de la dynamique agricole pour sa pratique agroforestière. Le principe : associer des plantations d'arbres et des cultures agricoles. Presque une révolution en Beauce où chaque mètre carré doit être rentabilisé. 
Rouvray-Saint-Denis (Eure-et-Loir) : la terre de Beauce riche en calcaire est très adaptée à la pratique agroforestière de Victor Pichot. Ici, une plantation de noyers.
Rouvray-Saint-Denis (Eure-et-Loir) : la terre de Beauce riche en calcaire est très adaptée à la pratique agroforestière de Victor Pichot. Ici, une plantation de noyers. © F3
A 28 ans, Victor Pichot table sur l'avenir.  Adepte de l'agroforesterie, il a planté des centaines de noyers dans ses champs de blé au coeur de la Beauce.  "Je suis pris pour un fou mais c'est pas grave ! Pour un Beauceron, un arbre ça pousse pas. Mais pour qu'il pousse, il faut le planter !" assure le jeune agriculteur. 

Avec ses plantations, Victor Picot restaure la fertilité de son sol et rentabilise son espace au maximum, quitte à ralentir légèrement sa production de blé. "Je vais peut être perdre entre 5 et 10% de ma production de céréales. En contrepartie, je vais récolter des noix." Dont le cours a flambé ces dernières années.  Et dans quelques décennies, il pourrait même se mettre à vendre son bois aux ébénistes... ►reportage à Rouvray-Saint-Denis par A.Gavazzi et D. Le Pape
durée de la vidéo: 01 min 27
L'agroforesterie récompensée en Eure-et-Loir



Adrien Gavazzi, Didier Le Pape.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cop21 environnement société écologie agriculture économie