Confinement : la ville de Nogent-le-Rotrou veut regrouper les commerçants locaux sur une plateforme de vente en ligne

Alors que différents maires ont pris des arrêtés pour maintenir ouverts des commerces non essentiels, la ville de Nogent-le-Rotrou incite les commerçants locaux à s’inscrire sur une plateforme baptisée "Ma ville, mon shopping" qui permet de la vente en ligne et de la livraison à domicile.
 

Aidée par la mairie de Nogent-le-Rotrou, cette vendeuse de lingerie s'inscrit sur une plateforme de vente en ligne, pour continuer à travailler pendant ce second confinement.
Aidée par la mairie de Nogent-le-Rotrou, cette vendeuse de lingerie s'inscrit sur une plateforme de vente en ligne, pour continuer à travailler pendant ce second confinement. © Thierry Même / Ville de Nogent-le-Rotrou
Christelle Sirou tient une boutique de lingerie dans le centre de Nogent-le-Rotrou depuis 20 ans. Elle a un cercle de clientes fidèles avec qui elle avait maintenu le contact et vendu quelques articles lors du premier confinement.

A l’annonce du second, comme elle n’a pas de site internet de vente (trop chronophage à son goût), elle a publié sur sa page Facebook un post proposant "une visite virtuelle via Whatsapp, Skype, ou autre" de sa boutique.
 
Alors forcément, quand la ville de Nogent-le-Rotrou l’a contactée pour l’aider à mettre en place de la vente en ligne, elle a tout de suite accepté.

"Le fait que ce soit clé en main et proposé rapidement par la municipalité, c’est l’idéal, résume-t-elle. On ne perd pas de temps et on se sent plus entouré."

En l’occurrence, une personne de la maire l’assiste pour créer la boutique virtuelle en question et lui expliquer le fonctionnement.
 

Comment ça marche ?

Le commerçant s’inscrit gratuitement sur un site internet, "Ma ville, mon shopping" qui appartient à La Poste. Sur cette plateforme, il met ses articles en vente.

Les clients intéressés peuvent acheter les produits directement en ligne et se faire livrer, via les facteurs, ou récupérer la commande devant la boutique, via le "click and collect". L’idée est donc de favoriser le commerce local.

Christelle sait bien qu’elle n’atteindra jamais les ventes qu’elle réalise en boutique habituellement. "Mais au moins, on est dans l’action", se réjouit-elle. "Et cela va être plus fédérateur qu’on fasse ça tous ensemble au niveau du centre-ville.
 

Ça va donner une image plus dynamique, c’est un premier pas en commun.

Christelle Sirou, gérante d'une boutique de lingerie

Créer "un effet de masse"

Jusque-là, chaque commerçant agissait de façon isolée. Mais les résultats n’étaient pas forcément probants : ainsi, une crêpière du Perche qui s’était inscrite sur "Ma ville mon shopping" lors du premier confinement n’avait réalisé aucune vente par ce biais-là.

C’est en partie pour éviter cet écueil que la mairie de Nogent-le-Rotrou a voulu intervenir. "Spontanément, les clients vont chercher sur Amazon", reconnaît Harold Huwart, le maire de la commune.

"Mais on va communiquer auprès des habitants, et si tous les commerçants de la ville qui s’inscrivent font de la publicité auprès de leur clientèle sur les réseaux sociaux, il y aura un effet de masse."
 

Ecouler les stocks de Noël

C’est aussi pour cette raison que la ville communique des médias locaux : inciter un maximum de Nogentais à consommer local, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année.

"Beaucoup de commerces réalisent 30% de leurs chiffres d’affaire à la période de Noël : bijoutiers, vendeurs de vêtements, marchands de jouets, liste Harold Huwart. Ils ont constitué des stocks importants, et ils ont un besoin impératif d’écouler rapidement une partie de leurs marchandises." Faute de quoi, certains baisseront le rideau définitivement. 
 

Un tiers intéressé

Pour limiter la casse, la ville Nogent-le-Rotrou a donc choisi de souscrire à la plateforme de la Poste "qui permet de toucher le maximum de consommateurs par sa visibilité, sa capacité de communication, et les solutions de paiement en ligne et de livraison".

Sur les 120 commerçants de la commune du Perche, 35 se sont déclarés intéressés pour s’inscrire sur ce site. Les boutiques virtuelles comme celles de lingerie devraient être opérationnelles à partir de ce jeudi 5 novembre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société coronavirus/covid-19 économie