Une ferme dans mon Ehpad : une initiative innovante pour le bien-être des résidents et des animaux

Situé au nord-est de Dreux, l’Ehpad du château d’Abondant pourrait bientôt héberger des animaux issus du zoo-refuge. L’établissement lance un appel aux dons pour financer leur accueil.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

À une douzaine de kilomètres au nord-est de Dreux, l’Ehpad du Château de l’Abondant s’étend sur pas moins de 4 hectares. Un domaine vert et boisé, agréable pour les promeneurs, mais un peu déserté.

Alors pour lui redonner vie, l’établissement s’est récemment associé avec le zoo-refuge La Tanière, situé à Nogent-le-Phaye, pour accueillir à partir du mois de septembre 2023 une douzaine d’animaux parmi lesquels des ânes, des chèvres et des moutons.

"J’avais entendu dire que qu’ils étaient en recherche de nouveaux terrains leurs animaux", raconte Cyrielle Fiolin, directrice de l’Ehpad. "Cela tombe bien car notre parc est immense et sous exploité. J’ai donc pris contact avec eux."

Une campagne de dons pour accueillir les animaux

Sensible à la démarche, le zoo-refuge a accepté mais il a fallu remplir certaines conditions de bien-être animal. "Nous nous sommes assurés que la surface était suffisamment spacieuse", explique le directeur zoologique, Sébastien Muller.

Nous avons aussi indiqué à l’établissement qu’il était nécessaire de construire une clôture, des abris pour les animaux, et d’installer des abreuvoirs. La direction a fait faire un devis et nous a soumis un plan de travaux que nous avons validé.

Sébastien Muller, responsable zoologique de la Tanière

À cela s’ajoute la logistique pour la centaine de résidents de l’Ehpad. "Il y a une majorité de personnes âgées, des gens à mobilité réduite", indique Cyrielle Fiolin. "Nous allons créer des parcours de déambulation adaptés pour que tout le monde, y compris en fauteuil, puissent venir visiter et s’occuper des animaux."

Une mise aux normes pour laquelle l’établissement médico-social va investir 35 000 euros, récoltés via une campagne de dons en ligne.

Car ce sont bel et bien les résidents, leur famille et les soignants qui seront en charge de nourrir les animaux et entretenir leur enclos. L’Ehpad d’Abondant et La Tanière sont situés à une cinquantaine de kilomètres l’un de l’autre. Une distance trop longue pour que les soigneurs viennent quotidiennement. Seuls les soins vétérinaires continueront d’être assurés régulièrement par le zoo-refuge.

Personnes âgées, aidants et soignants ont rendez-vous prochainement à La Tanière pour être formés, même si les animaux qui seront hébergés à Abondant ont été choisis pour "leur caractère calme et adapté aux personnes d’Ehpad".

"Le contact avec l'animal limite la prise de médicaments"

"Je n’ai aucun doute sur le fait que nos animaux seront épanouis", affirme Sébastien Muller. "Pour nous, c’est même rassurant que ce soit des personnes retraitées qui s’en occupent car elles seront très alertes sur certaines choses. Si, par exemple, une de nos chèvres se met à boiter, elles vont être attentives et feront remonter l’information."

Impliquer les résidents, telle est la motivation de l’établissement médico-social. "Ils vont se rendre utiles, sortir de leur quotidien, appuie Cyrielle Fiolin. Plusieurs sont atteintes de troubles cognitifs assez lourds. Les animaux sont une thérapie pour la gestion des émotions. Cela a été montré ailleurs : le contact avec l’animal permet de limiter la prise de médicaments."

Par ce projet, nommé "Une ferme dans mon Ehpad", la directrice veut mettre en place un cercle vertueux pour améliorer la vie de ses résidents. En installant des animaux sur le domaine, elle espère attirer des visiteurs extérieurs et "créer un lieu de rencontre entre les générations", afin d’en finir avec l’idée de "l’Ephad-mouroir, fermé au reste de la ville".