Festival 4DX/IMAX : sensations fortes assurées aux cinémas Pathé d’Orléans et de Saran

Publié le Mis à jour le

Du 26 janvier au 8 février, des films à grand succès sont projetés en 4DX ou en IMAX, comme au Futuroscope. L’immersion est quasi-totale.

"Le siège est impressionnant, rembourré et assez haut", raconte Jean-Baptiste Garnier, directeur adjoint des cinémas Pathé d’Orléans et de Saran. Il s’installe dans l’unique salle en 4DX du Centre-Val de Loire, située dans la capitale régionale. Cette technologie projette le spectateur au cœur du film.

Il n'y a pas de ceinture, on ne peut pas s’accrocher mais ça déménage! Le siège nous bascule de gauche à droite, en avant, en arrière. Il y a des orifices sur les côtés. De cette manière, lorsqu’un acteur reçoit de l’eau sur le visage, le public est lui aussi éclaboussé

Jean-Baptiste Garnier, directeur adjoint des cinémas Pathé d’Orléans et de Saran

C’est ce qui attend les participants au Festival 4DX/IMAX, organisé par les cinémas Pathé Gaumont partout en France pour attirer des visiteurs. Actuellement, l’offre cinématographique s’avère limitée. Il y a peu de blockbusters à l’affiche, à l’exception de "Spider-Man : No Way Home" diffusé depuis plus d’un mois déjà. "Il faut inciter les citoyens à venir". Quatre films sont ainsi proposés en 4DX du 26 janvier au 8 février à Orléans.

Cette technologie immersive a été rendue possible grâce à d’importants travaux entrepris en 2009. Des ventilateurs ont, par exemple, été installés, de manière à ressentir les effets du vent. La neige tombe, la fumée se disperse, la chaleur se dégage, tous nos sens sont sollicités pendant la séance.

C’est une véritable attraction. Nous devons d’ailleurs faire contrôler régulièrement nos installations, comme pour les manèges de fêtes foraines.

Jean-Baptiste Garnier, directeur adjoint des cinémas Pathé d’Orléans et de Saran

Attention, les séances en 4DX sont déconseillées aux femmes enceintes, aux personnes fragiles ou souffrant de problèmes de dos.

Demandez le programme… et le prix !

  • un film d’animation :  My Hero Academia - World Heroes' Mission
  • deux films d’action :  Fast and Furious 9 ou Jungle Cruise
  • un de science-fiction :  Pacific Rim

Le Festival s’adresse surtout aux amateurs de sensations fortes. Car la 4DX ne se prête pas à tous les genres, montrant notamment sa valeur ajoutée dans les courses poursuites ou les cascades.

Cette technologie reste peu connue. Le Pathé espère ainsi attirer de nouveaux adeptes. Raison pour laquelle les tarifs ont été divisés par plus de 2,5.

  • 8€ la séance (contre 21,60€ habituellement)
  • Il faut rajouter les lunettes 3D à 1€
  • Les places peuvent être réservées sur internet

La technologie IMAX également au rendez-vous du Festival

Trois blockbusters font leur retour au cinéma mais cette fois en IMAX : Dune, Joker et Tenet. Si l’expérience immersive est aussi intense, ce ne sont pas les sièges qui surprennent mais l’écran. Ses dimensions sont hors normes. La qualité de l’image atteint des niveaux inégalés et la profondeur de champs parvient à vous envouter.

Les cinémas sont obligés de se moderniser pour rester attractifs

Couleurs exceptionnelles, qualité audio, écrans géants… Les télévisions sont désormais capables d’offrir des prestations équivalentes au cinéma traditionnel. Les directeurs de salles en ont conscience et sortent l’artillerie lourde. Après la 3D, la 4DX, créée en 2009 en Corée, est l’une des technologies les plus répandues, même si moins de 50 salles en sont pourvues sur les 6000 que compte la France. " Avant, nous vendions le cinéma comme un moment pendant lequel, contrairement à la maison, nous ne sommes pas dérangés par l’eau qui bout ou les enfants qui se réveillent. Cet argument ne suffit plus", indique Jean-Baptiste Garnier. L'investissement au Pathé d'Orléans a été colossale : 1 million d’euros ont été déboursés pour l'équiper d’une salle en 4DX.

Une autre technologie est présente dans les salles de notre région : l’ICE ( Immersive   Cinema  Experience) qui  nécessite l’utilisation de plusieurs écrans pour goûter, là encore, à l’immersion.