Grippe aviaire : le Loiret et le Loir-et-Cher placé en "risque modéré"

Depuis la détection du virus influenza aviaire hautement pathogène H5N8 sur deux cygnes aux Pays-Bas le 23 octobre, le nombre de cas dans la faune sauvage ne cesse de croître en Europe. La France est pour le moment épargnée mais des mesures de précautions ont été instaurées en Centre-Val de Loire
 
(Archives). Elevage de volailles en région Centre-Val de Loire.
(Archives). Elevage de volailles en région Centre-Val de Loire. © FTV
Depuis la détection du virus influenza aviaire hautement pathogène H5N8 sur deux cygnes aux Pays-Bas le 23 octobre, le nombre de cas dans la faune sauvage ne cesse de croître en Europe. Des foyers domestiques et des cas dans l’avifaune sauvage ont été confirmés non seulement aux Pays-Bas mais également en Allemagne et au Royaume-Uni.
 
L’accélération de la dynamique d’infection accentue le risque d’introduction du virus en France via les couloirs de migration actuellement empruntés par les oiseaux sauvages.
 
Face à cette situation, le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Julien Denormandie a décidé de faire passer de « modéré » à « élevé » le niveau de risque d’introduction du virus influenza aviaire par l’avifaune en France métropolitaine ou dans les départements traversés par les couloirs de migration de ces oiseaux sauvages et dans les zones à risque particulier (1)
Cette décision a été prise après information des professionnels des filières avicoles et de la fédération nationale des chasseurs et consultation de l’Office français de la biodiversité.  

A compter du 6 novembre, les mesures de prévention suivantes sont rendues obligatoires dans l’ensemble des départements classés en niveau « élevé » et dans les zones à risque particulier (ZRP) 

Cette évolution du niveau de risque impose la mise en place de mesures renforcées de biosécurité dans l’ensemble des élevages non commerciaux de volailles (basses-cours) au sein des ZRP. Les élevages commerciaux sont également concernés et les professionnels ont été directement contactés par la Direction départementale de la protection des populations. Ce renforcement de mesures de biosécurité impose pour les élevages de volailles en basse-cour, au sein des ZRP, la mise en confinement des volailles ou la pose de filets permettant d’empêcher tout contact entre les volailles et les oiseaux sauvages. interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes et  d’utiliser  un appelant; interdiction de faire participer des oiseaux originaires de ces départements à des rassemblements organisés dans le reste du territoire. Les foires, les expositions, ainsi que les compétitions sont par ailleurs totalement suspendues. 

Les zoos devront vacciner obligatoirement les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet. Des dérogations seront envisagées avec les acteurs dans le respect des textes applicables, en particulier ceux relatifs à la gestion actuelle de la crise Covid.
À ce jour, la France est indemne d’influenza aviaire. La consommation de viande, foie gras et œufs ne présente aucun risque pour l’homme. L’influenza aviaire hautement pathogène est une maladie animale infectieuse, virale, très contagieuse qui affecte les oiseaux.
 
Carte des zones concernées par les mesures de prévention (zones à risque particulier en bleu, départements en rouge).
Carte des zones concernées par les mesures de prévention (zones à risque particulier en bleu, départements en rouge). © Ministère de l'agriculture
46 départements français ont été placés, le 5 novembre, en "risque élevé" d'introduction de la grippe aviaire par les oiseaux migrateurs. En Centre-Val de Loire, on est pour l'heure en risque modéré dans deux départements, le Loiret et le Loir-et-Cher, ce qui impose un confinemeent des volailles sur les communes suivantes :

Les communes concernées en Loir-et-Cher sont :

AVARAY ,BAUZY, BILLY, BRACIEUX, CELLETTES, CHAMBORD, CHAON, LA CHAPELLE-MONTMARTIN, CHATRES-SUR-CHER, CHAUMONT-SUR-TARONNE, CHEMERY, CHEVERNY, CHITENAY, CHOUSSY, CONTRES, CORMERAY, COUDDES, COURBOUZON, COUR-CHEVERNY, COURMEMIN, CROUY-SUR-COSSON, DHUIZON, FEINGS, LA FERTE-BEAUHARNAIS, LA FERTE-IMBAULT, LA FERTE-SAINT-CYR, FONTAINE-EN-SOLOGNE, FOUGERE-SUR-BIEVRE, FRESNES, GIEVRES, GY-EN-SOLOGNE, HUISSEAU-SUR-COSSON, LAMOTTE-BEUVRON, LANGON, LASSAY-SUR-CROISNE, LESTIOU, LOREUX , MARAY, MARCILLY-EN-GAULT, LA MAROLLE-EN-SOLOGNE, MASLIVES, MENNETOU-SUR-CHER, MILLANCAY , MONT-PRES-CHAMBORD, MONTRIEUX-EN-SOLOGNE, MUIDES-SUR-LOIRE, MUR-DE-SOLOGNE, NEUNG-SUR-BEUVRON, NEUVY, NOUAN-LE-FUZELIER, OISLY, ORCAY, OUCHAMPS, PIERRFITTE-SUR-SAULDRE , PRUNIERS-EN-SOLOGNE, ROMORANTIN-LANTHENAY, ROUGEOU, SAINT-DYE-SUR-LOIRE, SAINT-JULIEN-SUR-CHER, SAINT-LAURENT-NOUAN, SAINT-LOUP, SAINT-VIATRE, SALBRIS, SASSAY , SELLES-SAINT-DENIS, SELLES-SUR-CHER, SOINGS-EN-SOLOGNE, SOUESMES, SOUVIGNY-EN-SOLOGNE, THEILLAY, THENAY, THOURY, TOUR-EN-SOLOGNE, VEILLENS, VERNOU-EN-SOLOGNE, VILLEFRANCHE-SUR-CHER , VILLEHERVIERS, VILLENY, VOUZON, YVOY-LE-MARRON.
 

Les communes concernées dans le Loiret sont :

ARDON, BAULE, BEAUGENCY, CERDON, CLERY-SAINT-ANDRE, COULLONS, DRY, LA FERTE-SAINT-AUBIN, ISDES, JOUY-LE-POTIER, LAILLY-EN-VAL, LIGNY-LE-RIBAULT, MARCILLY-EN-VILLETTE, MENESTREAU-EN-VILLETTE, MEZIERES-LEZ-CLERY, SAINT-CYR-EN-VAL, SENNELY, TAVERS, TIGY, VANNES-SU-COSSON, VIENNE-EN-VAL, VILLEMURLIN.

1.Les zones à risque particulier abritent des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs. La liste des communes concernées est définie par l’arrêté ministériel du 16 mars 2016 modifié.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature économie santé société agriculture