• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Incendie de Notre-Dame : les collectivités du Centre-Val de Loire veulent aider à financer la reconstruction

Notre-Dame de Paris deux jours après l'incendie. / © THOMAS SAMSON / AFP
Notre-Dame de Paris deux jours après l'incendie. / © THOMAS SAMSON / AFP

La Région Centre Val-de-Loire fera bientôt voter une participation au financement de la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Plusieurs villes du Centre-Val de Loire ont également annoncé leur intention de débloquer des fonds.

Par Amélie Rigodanzo

L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris le 15 avril dernier a provoqué une vague d’émotion dans la France entière, mais aussi un immense élan de générosité.

Alors que les flammes ravageaient encore la charpente de l’édifice vieux de plus de 800 ans, plusieurs cagnottes en ligne se sont créées afin de récolter de l’argent pour financer sa reconstruction. Les différentes plateformes de collecte (Dartagnans, Leetchi, Le pot commun) comptabilisent déjà plus de 100.000 euros de dons.

Celle lancée par la Fondation du Patrimoine annonce, elle, près de 14 millions d’euros récoltés. A ces initiatives populaires s’ajoutent les dons des grandes fortunes françaises. Au total, le montant des dons s’élèverait déjà à plus d’un milliard d’euros.

Tours, Châteauroux, Ingré se mobilisent


Les collectivités du Centre-Val de Loire ne sont pas en reste. A l’instar d’autres régions françaises, elles sont nombreuses à avoir choisi de contribuer au mouvement de générosité national.

C'est le cas, en premier lieu, du Conseil Régional qui a fait savoir par la voix de son président François Bonneau, qu’une participation au financement de la reconstruction serait mis au vote lors de la prochaine session plénière, le 25 avril. "Devant l’immense émotion suscitée par l’incendie de Notre-Dame de Paris et la tragique disparition d’un patrimoine historique incommensurable, la Région Centre-Val de Loire dont le cœur bat à l’unisson de l’Histoire de France se doit d’apporter tout son soutien au mouvement national lancé pour la reconstruction de la Cathédrale", commente le président de région dans un communiqué de presse.
 

Le maire de Tours, Christophe Bouchet, souhaite, lui, débloquer "20 000 euros pour la reconstruction de cette cathédrale qui au-delà de la religion catholique, symbolise une nation fière de son histoire, fière de son unité." La somme sera débattue lors du prochain conseil municipal.
 

Même initiative pour Gil Avérous, maire de Châteauroux, qui a annoncé sur la page Facebook de la métropole mettre au vote une aide exceptionnelle de 10.000 euros lors du prochain conseil municipal "pour contribuer à la reconstruction de ce symbole de la France, auquel chacun des Français est profondément attaché." dit-il. 
 

D’autres villes, aux budgets plus modestes, souhaitent également participer à hauteur de leurs moyens. C’est le cas notamment de la petite commune de Bretagne dans l’Indre, 153 habitants, qui annonce sur twitter une aide de 1.150 euros débattue lors du prochain conseil municipal. Soit 10 euros par habitant.
 

Certaines villes moyennes projettent également de débloquer des aides exceptionnelles sans en avoir, pour l’instant, défini le montant. C’est le cas d’Ingré (Loiret) dont le maire Christian Dumas explique dans un communiqué qu’"Il appartient à la nation entière, à chacun de nous et collectivement de restaurer la Cathédrale Notre-Dame de Paris, élément essentiel et symbolique de notre patrimoine national."
 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus