Accueil des migrants à Tours : une bénévole témoigne dans un livre

C’est la rencontre avec Abdelmahmoud, un jeune soudanais de 23 ans qui a été le déclencheur. À son arrivée à Saint-Pierre-des-Corps, en 2016, Stéphanie Bossard et sa famille ont décidé d’être son parrain. De ce lien fort est né un livre témoignage : « Accueillir les migrants ».

Stéphanie Bossard, bénévole à RESF et auteure du livre "Accueillir les migrants"
Stéphanie Bossard, bénévole à RESF et auteure du livre "Accueillir les migrants" © Cyril Deville / France Télévisons

Le livre est parti d’un parrainage avec un jeune migrant, Abdelmahmoud. Ce jeune soudanais, 23 ans à l’époque, est arrivé avec une cinquantaine d’autres compatriotes à Saint-Pierre-des-Corps en novembre 2016, suite au démantèlement de la jungle de Calais. Devant l’urgence d’accueillir ces jeunes hommes, un collectif s’est constitué autour de bonnes volontés et, pour mieux les accueillir, il a été décidé d’organiser des parrainages républicains.

Pour Stéphanie Bossard, qui travaille dans le secteur social, parrainer un réfugié fût une évidence : " Souvent, ces parrainages sont organisés à destination des enfants là, c’étaient tous de jeunes adultes. Pour moi, le hasard a fait que j’ai parrainé Abdelmahmoud. Très vite, des liens forts se sont tissés avec l’ensemble de la famille, avec mes enfants. Au bout de deux ans, j’ai eu l'envie d’écrire cette histoire, juste pour moi. Je voulais avoir une trace de ce parcours, du chemin parcouru ensemble. C’est un récit assez intime, comme une conversation. "

Abdelmahmoud, sa fuite du Soudan

Abdelmahmoud a dû quitter son pays, le Soudan, après les manifestations de 2013, à la suite desquelles il a été emprisonné et torturé. À l’époque, le pays est secoué par des manifestations contre la vie chère. La population est sévèrement réprimée par le pouvoir en place. Il y a plusieurs dizaines de morts et des centaines d’arrestations. Abdelmahmoud a alors fui vers la Lybie où il a vécu l’enfer : l’exploitation, la torture, et même la prison. Il a fui à nouveau la Lybie par bateau, puis traversé l’Europe pour finir son périple, comme beaucoup de réfugiés qui arrivent en France, au bord de la Manche, dans ce qu’on a appelé la jungle de Calais

Le témoignage du parcours d'un réfugié

Au départ, les écrits de Stéphanie n’étaient pas destinés à être publiés. Il y avait juste cette nécessité de coucher sur le papier son expérience, ses émotions. Ce sont ses amis qui, à la lecture de ses écrits, lui ont dit qu’elle devait publier son témoignage.  Dans ce livre, elle relate son expérience de famille marraine d’un réfugié. " C’est un récit d’expériences. Le fil conducteur c’est le lien fort qui s’est créé avec Abdelmahmoud et l’ensemble des membres de ma famille. On l’a accompagné dans ses démarches, on l’a soutenu, c’est arrivé qu’il vienne dormir à la maison. Je lui ai donné des cours de français, mes enfants aussi. On a organisé aussi, avec les autres familles marraines de réfugiés, des moments festifs, des sorties, du matchs de foot. On a veillé à leur accueil et à une bonne intégration, comme si c'était un membre de la famille."

Cela ne va rien vous enlever d’aider les autres, et même, cela va vous apporter - Stéphanie Bossard

 

Le livre de Stéphanie Bossard : "Accueillir les migrants" aux éditions Sylepse
Le livre de Stéphanie Bossard : "Accueillir les migrants" aux éditions Sylepse © Cyril Deville / France télévisons

 

Avec l’arrivée des cinquante soudanais en 2016, une véritable chaîne de solidarité s’est constituée à Saint-Pierre-des-Corps, mais Stéphanie constate que la demande de volontaires est toujours forte car, depuis, d’autres réfugiés sont arrivés. " Aujourd’hui, on manque de familles d’accueil. Ce livre, c’est aussi pour dire que l’on peut, tous, accueillir des réfugiés. J’ai envie de dire aux gens, cela ne va rien vous enlever d’aider les autres, et même, cela va vous apporter. Alors en effet, cela demande du temps, mais on en retire une telle richesse, un tel enseignement sur l’humanité. "

Aujourd’hui, Abdelmahmoud est suivi par RESF (Réseau d'Eductaion Sans Frontières). Il a obtenu son statut de réfugié. " Il a fait des progrès fulgurants en français. En ce moment, il a un contrat de 15 jours par mois avec les Restos du Cœur, mais son rêve serait de rentrer à la fac d’économie pour continuer ses études." Ce sont les Editions du Sylepse, une maison d’édition engagée et militante, basée à Paris, qui ont accepté de publier le livre témoignage de Stéphanie. Ce livre, tiré à 1000 exemplaires pour l'instant, est disponible en librairie. Une partie des recettes ira au profit du Réseau d’Education Sans Frontières.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration