Le film "Qu’est-ce qu’on a tous fait au Bon Dieu" offre une image promotionnelle "très intéressante" pour Chinon

Publié le Mis à jour le
Écrit par Dominique Pouget .

Cette semaine le 3e opus de la saga "Qu’est-ce qu’on a tous fait au Bon Dieu" est sorti au cinéma. Un film où la ville de Chinon en Indre-et-Loire, a un rôle de premier plan. Et pour cause, c'est là que vit la famille Verneuil. Comment les chinonais perçoivent-ils l'image que cela donne de leur ville ?

Jean-Luc Dupont, Maire de Chinon, ne cache pas sa fierté. Il attendait cette sortie nationale avec impatience même s'il avait déjà assisté à l’avant-première de "Qu'est-ce qu'on a tous fait au Bon Dieu" à Chinon le 8 janvier dernier, en présence du réalisateur, Philippe de Chauveron et de l'équipe du film.

"Ce 3ème opus est le plus abouti sur la ville de Chinon puisque l’essentiel du tournage s’y est déroulé"

Jean-Luc Dupont nous confie s’être battu pour avoir plus de scènes tournées à Chinon, contrairement aux 2 films précédents. Pari réussi. "On s’est battu pour ça. Après "Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu", j’ai appelé le producteur, Il y avait une seule image de Chinon au tout début du film et c’était tout.

Depuis on est dans une démarche très partenariale et amicale avec le réalisateur qui est venu passer des vacances dans le Chinonais entre ses 2 premiers films. On a beaucoup discuté. Je suis très content car là, l’essentiel du scénario et des espaces visibles sont des espaces reconnaissables dans la ville de Chinon".

Il ajoute "On a tous les commerces, le salon de coiffure, la boucherie, le musée, toutes les scènes en intérieur sont tournées dans des espaces propres à la ville. Les scènes extérieures, celle du paddle avec Ari Abitan ou d’autres scènes sont en plein cœur de la cité. On a des vues de la forteresse sur la vieille ville qui sont magnifiques. C’est vraiment une image promotionnelle très intéressante".

Le maire reconnait que sur les 2 premiers films, il était difficile de savoir quel avait été l’apport des films à la fréquentation sur Chinon mais il y avait eu quelques demandes, dans la rue ou à la mairie pour savoir s’il y avait une carte des lieux des tournages...

"Là compte-tenu de la part belle qui est faite à l’ensemble des commerces et des acteurs sur le territoire, c’est forcément un large outil promotionnel. On avait cofinancé des séquences avec le syndicat des vins et la communauté de communes pour permettre que soient  évoqués très largement les vins de Chinon au travers des films, ce qui est le cas. Donc il y a des scènes tournées volontairement et dédiées à ça donc c’est aussi un outil promotionnel important".

"Dans ce dernier film on a quand même une très large couverture de la cité. Avec cette sortie opportune au printemps, on devrait avoir un écho cet été sur le tourisme. Chinon est déjà une ville touristique de façon très importante et ça ne peut que contribuer au rayonnement supplémentaire de l’activité touristique et économique"

La ville a d’ailleurs prévu de rajouter à ses outils de promotion, à ses itinéraires touristiques, un petit plan à scanner avec un QR code, pour avoir un petit parcours "Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu".

L’incarnation de la famille Verneuil avec des acteurs comme Christian Clavier et Chantal Lauby, est aussi quelque chose de très positif, pour la ville. Christian Clavier est un acteur qui fait des entrées.

"Je ne sais pas quel sera l’écho du 3ème opus mais les 2 premiers ont fait presque 20 millions d’entrées au total sur les 2. Aujourd’hui si vous serrez la main d’un agent de communication ou de marketing pour 20 millions de vues, ça coûte cher."

"Là le placement que nous avons fait pour les séquences de film nous a coûté à trois 10000€, 5000€ le syndicat des vins de Chinon, 2500€ la ville et la communauté de communes donc ça reste des placements qui sont modiques pour un retour qui est plutôt très intéressant."

"On voit très bien la façade refaite du Café des Arts et sa terrasse où on a tourné" 

Dès la bande annonce et dans le  film, les commerces de Chinon sont à l’honneur. Une satisfaction pour Nicolas Selety, propriétaire du Café des Arts à Chinon qui espère lui aussi, voir plus de touristes à Chinon suite à la sortie de "Qu’est-ce qu’on a tous fait au Bon Dieu".

Un propriétaire, très content d’avoir partagé des moments avec les techniciens et les comédiens lors du tournage. "J’ai pris des photos avec les comédiens, sauf Christian Clavier qui était pressé. Chantal Lauby était à l’hôtel juste à côté".

Ari Abittan est venu plusieurs fois boire des cafés sur la terrasse. Il est très sympa. Il m’a dit Viens Nico, on se tutoyait et il a pris une photo avec mon téléphone, je l'ai toujours

Nicolas Selety, propriétaire du Café des Arts

Nicolas Selety ajoute une anecdote en riant. "Il y a même Gérard Depardieu qui est venu en toute discrétion, pour déjeuner avec Christian Clavier, dans sa caravane. Il y a un jeune qui est venu me voir, il cherchait du pain, les boulangeries étaient fermées car il était 13h. On était en plein service mais Il m’a dit, c’est pour Gérard Depardieu, car s’il n’a pas de pain, il ne mange pas ! J’espère que ça va apporter quelque chose à la ville et aux commerces, on verra bien."

"C’est formidable, on aimerait que ce soit comme ça pour chaque film, c’est le rêve !"

Pour la sortie nationale du film, à Chinon, 2 séances par jour sont proposées ce mercredi et de vendredi à dimanche, au cinéma Le Rabelais et ses 230 places.  Un film qui devrait booster la fréquentation de l’unique salle de ce cinéma associatif Romain, salarié du cinéma espère beaucoup de cette sortie nationale. "On espère remplir la salle à chaque fois, que ça sera complet comme à l’avant-première en janvier. Les spectateurs étaient ravis. La ville est plus présente à l’image. Ca va être une belle surprise pour beaucoup de monde."

Si Romain rêve d’un quatrième opus, le maire de Chinon précise que le réalisateur avait prévu une trilogie. "Qu’est-ce qu’on a tous fait au Bon Dieu", devrait signer la fin de cette saga et peut-être le début d’un afflux touristique supplémentaire pour la cité rabelaisienne de 8500 habitants.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité