Condamnation à de la prison ferme, rassemblement religieux clandestin... le confinement en Indre-et-Loire pas respecté

En cette troisième semaine de confinement, les mesures sanitaires ne sont pas respectées de tous les habitants d'Indre-et-Loire, où la première condamnation à de la prison ferme a été prononcée. La préfecture du département a décidé de renforcer les contrôles à partir de vendredi 3 avril.
Les forces de l'ordre redoublent de vigilance face aux sorties non justifiées durant le confinement
Les forces de l'ordre redoublent de vigilance face aux sorties non justifiées durant le confinement © Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
La première condamnation à de la prison ferme a été prononcée, jeudi 2 avril en Indre-et-Loire, à l'encontre d'un homme accusé de ne pas avoir respecté les mesures de confinement. Placé en garde à vue puis jugé hier en comparution immédiate, le suspect avait non seulement déjà été contrôlé pour des déplacements répétés et non-justifiés, mais avait surtout craché au visage des policiers qui avaient procédé à sa dernière interpellation. 
Le prévenu a donc été condamné à huit mois de prison ferme avec mandat de dépôt immédiat.

Ce manquement au confinement n’est pas le seul rapporté en Indre-et-Loire. Mercredi 1er avril, sept personnes ont été verbalisées à la sortie d’un bar clandestin de Bléré. A Tours, une autre personne a également été placée en garde à vue pour des sorties répétées.

Un rassemblement religieux clandestin en pleine crise sanitaire ! 


Une verbalisation en groupe a également eu lieu à Saint-Pierre-des-Corps, commune dans laquelle six fidèles évangélistes ont été contrôlés alors qu'ils participaient à un rassemblement clandestin dans leur lieu de culte.
En tout, plus de 1500 verbalisations ont été recensées sur l’ensemble du territoire par les policiers et gendarmes depuis le début du confinement. 
 

La préfecture durcit le ton

Face à la recrudescence des manquements au confinement et à l’approche des vacances scolaires qui débutent vendredi 3 avril pour la zone C, la préfecture d’Indre-et-Loire a décidé de renforcer les contrôles de sécurité sanitaire
A partir de vendredi matin, des gendarmes seront mobilisés aux péages de principaux axes autoroutiers pour vérifier que les trajets ne relèvent pas de départs en vacances ou de déplacement vers une résidence secondaire.
Les hôtels, résidences de vacances ou camping pourront également être davantage contrôler pour s’assurer de leur fermeture pendant la période de confinement.
Le montant de l’amende à laquelle s’expose tout citoyen qui ne respecterait pas les consignes de confinement est, quant à lui, toujours de 135€.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société prison