Départementales 2021 en Indre-et-Loire : abstention record, centre-droit en tête… ce qu’il faut retenir du premier tour

La majorité sortante de centre-droit est en tête dans 11 des 19 cantons d’Indre-et-Loire après un premier tour marqué par une abstention record. La gauche et les écologistes s’emparent de Tours.   

En Centre-Val de Loire, l'Indre-et-Loire est le département où le taux d'abstention est le plus élevé : 69,12 % contre 66,65 % en moyenne dans la région.
En Centre-Val de Loire, l'Indre-et-Loire est le département où le taux d'abstention est le plus élevé : 69,12 % contre 66,65 % en moyenne dans la région. © Dylan Meiffret/ MaxPPP

Bien que tardifs, les résultats du premier tour des départementales ont été annoncés dans la soirée du dimanche 20 juin en Indre-et-Loire. Les électeurs étaient appelés à élire dans les 19 cantons du département, leurs 38 nouveaux conseillers départementaux pour les six années à venir.

Sans surprise, la majorité sortante de centre-droit, dirigée depuis 2016 par Jean-Gérard Paumier, est sortie gagnante de cette soirée électorale en briguant 11 des 19 cantons d’Indre-et-Loire. Redoutée par les élus, l’abstention a joué les trouble-fêtes avec un taux record, obligeant ainsi l’intégralité des candidats à disputer un second tour.

Abstention record en Indre-et-Loire  

A l’issue de ce premier tour, l'Indre-et-Loire fait figure de mauvais élève en Centre-Val de Loire. Avec un taux d'abstention record de 69,12 % (contre 49,12 % en 2015), il est le département dans lequel le moins d’électeurs se sont déplacés aux urnes dans la région, où le taux moyen d’abstention pour les départementales s’élève déjà à 66,65 %. A titre de comparaison, l’Eure-et-Loir, deuxième plus gros bastion abstentionniste, atteint 67,99 %. Ce sont finalement l’Indre et le Loir-et-Cher qui s’en sortent le mieux avec "seulement" 64,14 % d’abstentionnistes.

Selon une étude réalisée par Ipsos / Sopra Steria entre le 16 et le 19 juin, cette abstention globale témoignerait d’un manque de pédagogie sur les compétences attribuées aux régions et départements. L’autre explication serait cette fois politique, voire revendicative : un certain nombre d’électeurs manifesteraient au travers de leur abstention leur mécontentement à l'égard des hommes et des femmes politiques en général. D’autres encore justifieraient ce choix en affirmant qu’aucune liste ou candidat ne leur plaît.

Une abstention non sans conséquence pour les 71 binômes en lice dans le département puisqu’aucun d’entre eux n'a été élu dès le premier tour. En effet, pour être élu d’office, un binôme doit à la fois recueillir la majorité absolue (plus de 50 % des votes exprimés) et le quart des électeurs inscrits. Situation qui ne s’est présentée dans aucun des cantons d’Indre-et-Loire. Ironie du sort : alors qu’il n’y avait que deux concurrents dans le canton de Bléré et que la Droite a surclassé le Rassemblement national (respectivement 73,53 % contre 26,47 %), les deux listes s’affronteront à nouveau lors d’un second tour, la Droite n’ayant obtenu le vote que de 20,57 % des électeurs inscrits.

Le centre-droit à nouveau majoritaire

Appartenant à la majorité sortante du précédent Conseil départemental d’Indre-et-Loire, les élus du centre-droit se placent en position favorable à une semaine du second tour. En effet, ces derniers sont arrivés premiers dans 11 cantons du département sur 19.

Grand favori à sa réélection pour le canton de Saint-Pierre-des-Corps, Jean-Gérard Paumier (LR) est arrivé en tête avec 51,03 % des voix. Derrière lui se placent les candidats de la gauche Hicham Khabbich et Elisabeth Maugars avec 38,41 %.

Prudent, le président du Conseil départemental ne crie pas victoire trop vite : "Nous sommes au milieu du match et nous devons rester concentrés pour la deuxième mi-temps." Il s'est par ailleurs plaint des problèmes de distribution de la part d’Adrexo de certaines professions de foi (circulaires électorales) dans le département.

Bonne opération également pour son 5e vice-président au Conseil départemental Judicaël Osmond (Divers droite). Candidat à sa réélection, ce dernier est arrivé en tête avec Valérie Turot dans le canton de Joué-lès-Tours avec 49,39 % des voix. Derrière eux, Nadia Bureau et Karim Chettab (Union de la gauche) ont obtenu 28,97 %. 

Bastion socialiste et écologiste à Tours 

Dépossédée du département en 2015, la gauche avait gros à jouer cette année. L'opposition socio-écologiste s'est finalement positionnée en tête dans 8 cantons et a raflé la mise dans les quatre circonscriptions de Tours. 

A Tours 1, Tatiana Cordier-Royer, ancienne co-présidente du centre LGBTI de Touraine, et Bertrand Renaud (Union de la gauche) ont surclassé (26,05 %) le candidat sortant UCD Xavier Dateu (6,76 %). Ils affronteront au second tour l’autre candidate sortante Cécile Chevillard (LR), ayant elle obtenu 21,05 % des voix.

Adjoint LFI à la mairie de Tours, Bertrand Renaud se réjouit du résultat : "Tours-1 est un canton difficile, être en tête est un signe d’espérance pour l’écologie et la solidarité face à la droite conservatrice."

A l'instar du canton de Tours 1, la gauche est arrivée en tête dans les cantons Tours-3 et 4. A Tours-2, ce sont cette fois les écologistes qui se sont imposés face à l’Union de centre-droit en obtenant 31,38 % des voix. Une percée qui s’explique en partie par l’élection de l’écologiste Emmanuel Denis à la mairie de Tours en 2020. "Nous sommes heureux mais nous restons humbles au vu des chiffres de l’abstention mais nous savons que les électeurs apprécient le fait que nous soyons au plus près des préoccupations de leur quotidien", témoigne le candidat vert François Lafourcade.

LREM et RN les grands absents

N’ayant présenté que deux binômes sur les 71 en lice en Indre-et-Loire, le parti présidentiel la République en Marche réalise son seul ballotage dans le canton Tours-4. Arrivés en seconde position, Loïc Guilpin et Céline Oudry ont ainsi obtenu 19,77 % des voix et iront au second tour. "Nous sommes très satisfaits d’aller au second tour et nous espérons rassembler dans la semaine à venir", confie Loïc Guilpin.

Le Rassemblement national n’obtient quant à lui que deux ballotages favorables, à Bléré et à Descartes.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire politique élections départementales 2021 élections