Départementales 2021 en Indre-et-Loire : retrouvez tous les résultats du second tour et les réactions

Après un premier tour marqué par une abstention record, les électeurs sont appelés une nouvelle fois aux urnes. Si la majorité sortante du centre-droit est arrivée en tête dans 11 des 19 cantons de l'Indre-et-Loire, la gauche s'est hissée à la première place dans les quatre cantons de Tours. 

Le dépouillement débutera à 18 heures dans certains bureaux.
Le dépouillement débutera à 18 heures dans certains bureaux. © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Après un premier tour très marqué par l'abstention record de 67,3 % dans la région (contre 50,3% en 2015) et de 69,12% en Indre-et-Loire (contre 49,12% en 2015), trente-huit binômes s'étaient qualifiés pour le second tour dimanche 27 juin dans le département. La majorité sortante était sortie grande gagnante du scrutin de dimanche dernier, même si l'opposition de gauche était parvenu à se hisser à la première place des quatre cantons de Tours.

Maintien des Républicains et des candidats centre-droit

Dans 11 des 19 cantons de l'Indre-et-Loire, les élus de droite étaient arrivés en tête au premier tour. La tendance se confirme dans ce second tour.

Grand favori à sa réelection pour le canton de Saint-Pierre-des-Corps, Jean-Gérard Paumier (LR), avec son binôme Eloïse Drapeau, est arrivé en tête lors de ce second tour avec tout juste 56,82% des voix face aux candidats de gauche Hicham Khabbich et Elisabeth Maugars. Même son de cloche à Chinon où le binôme LR/ DVD enregistre un score de 60,87%.

Dans les cantons de Sainte-Maure-de-Touraine et Loches, le binôme Républicain a devancé à chaque fois le Parti Communiste Français (PCF). A Monts, Vouvray, Saint-Cyr-sur-Loire et Bléré, les listes DVD sont arrivés en tête avec plus de 60% dans les trois premiers cantons face aux listes DVG, RN en ce qui concerne Bléré. Le binôme DVD remporte également le canton de Descartes avec 80% des voix contre un autre duo RN. 

Les socialistes renversés à Tours-1 et 3

Dans le canton de Tours-1, le candidat sortant UCD Xavier Dateu n'était arrivé qu'en sixième place avec 6,76% des voix. Ce sont donc les binômes Républicains (Cécile Chevillard et Brice Droineau) et de l'Union de la Gauche (Tatiana Cordier-Royer et Bertrand Renaud) qui s'affrontaient pour ce second tour, avec une légère avance le second duo. 

Renversement de situation pour ce second tour : ce sont finalement les Républicains Cécile Chevillard et Brice Droineau qui sont élus dans ce canton stratégique avec 51,18% des voix, 3 points devant leurs concurrents directs.  

Autre coup de force à Tours-3 : arrivés en tête au premier tour avec 43,80%, Mélanie Bresson et Iman Manzari (DVG) se font eux aussi renversés par le binôme de droite Barbara Darnet Malaquin et Olivier Lebreton qui finissent 9 points devant eux, à 54,02%.  

Confirmation des socio-écologistes à Tours-2 et 4

Les binômes de gauche ou écologistes arrivés en tête dans les cantons Tours-2 et 4 au premier tour sortent grands gagnants à l'issue de ce second tour. A Tours-2, François Lafourcade et Ursula Vogt (ECO) glanent 58,69% des voix et s'imposent face au binôme de droite. Franck Gagnaire et Sabrina Hamadi s'emparent de Tours-4 avec 56,58% des voix, battant ainsi le seul duo La République en Marche du département. 

Par ailleurs, les liste divers gauche ont gagné avec une légère avance dans les cantons d'Amboise (53,42%) et de Langeais (56,59%).

Wilfried Schwartz remporte le canton de Ballan-Miré sur fond de polémique 

Dans le canton de Ballan-Miré, le binôme DVG, dont fait notamment parti le démissionnaire de Tours Métropole Wilfried Schwartz, a remporté ce scrutin avec 54,93% des voix. Il avait en effet annoncé sa démission durant la période d'entre deux tours.

S'il a fait savoir son intention de démissionner dans un courriel adressé aux élus de la métropole où il explique "avoir fait le choix de se présenter aux élections départementales" et vouloir "exercer à fond ce rôle de proximité", le procureur de Tours annonçait dans la foulée ce jeudi 24 juin le dépôt d'une plainte pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique".

Selon nos confrères du Parisien, le candidat aurait giflé son directeur de cabinet. Wilfried Schwartz s'est défendu le lendemain lors d'une conférence de presse, expliquant que "certains estiment que pour servir leurs intérêts personnels, le choix consiste à orchestrer des pièges et à salir l'honneur d'un homme ou d'une femme". 

 

"Pas envie" ou pas confiance, les raisons de l'abstention

En ce dimanche du second tour, l'abstention en Indre-et-Loire atteint finalement 68,67% (contre 69,12% au premier tour et 49,08 au second tour de 2015). A 17 heures, 24,89% des électeurs du département s'étaient rendus dans leur bureau de vote, contre 23,70% lors du premier tour dimanche dernier selon la Préfecture. 

Avant le 1er tour, Ipsos/Steria explorait dans un premier sondage les motivations des abstentionnistes pré-déclarés, ceux qui étaient déjà sûrs de ne pas se présenter aux urnes. 39% d'entre eux déclaraient ne pas voir en quoi ce double scrutin pouvait changer leur quotidien. En deuxième et troisième positions, des arguments militants sur leur mécontentement envers la classe politique, et la difficulté de trouver un candidat qui leur corresponde. Les projections, pour le second tour, concernant ces abstentionnistes déclarés, sont sensiblement les mêmes.

Après le 20 juin, Ipsos a de nouveau conduit ce sondage, intégrant toutes les personnes qui n’étaient finalement pas allées voter. Un biais statistique qui modifie en profondeur le classement des motivations à l’abstention. 32% n’ont simplement "pas [eu] la tête à aller voter", ou ont finalement eu "envie de faire autre chose". On peut presque parler d’une abstention de routine. Mais l’abstention militante est toujours bien présente, en 2ème position. Le désintérêt pur et simple pour l’élection s’est hissé 3ème. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections élections régionales 2021