Indre-et-Loire : le ministre Jean-Michel Blanquer fait sa tournée des écoles

Jean-Michel Blanquer et Yann Arthus-Bertrand veulent promouvoir la défense de l'environnement à l'école. / © Denis Gannay-Meyer / France Télévisions
Jean-Michel Blanquer et Yann Arthus-Bertrand veulent promouvoir la défense de l'environnement à l'école. / © Denis Gannay-Meyer / France Télévisions

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer sillonne la Touraine pendant sa visite marathon de 2 jours, ces jeudi 21 et vendredi 22 novembre. Deux jours pour s’imprégner et pour convaincre.

Par Luc Perot

Un programme particulièrement dense pour le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer. Pendant deux jours il sillonne le département d'Indre-et-Loire de long en large, à la rencontre des élèves d’une dizaine d’établissements. Un département qu’il connaît bien puisqu’il a exercé comme maître de conférences à l’université de Tours au début de sa carrière.

Richelieu, le Grand-Pressigny, Amboise, Montlouis, Pernay, Chinon ou encore Joué-lès-Tours : on ne peut pas dire que le ministre de l’Education nationale ait fait les choses à moitié.

Dans le sud de la Touraine, le ministre a été accueilli en musique par les élèves du collège Louis-Léger, au son de la Chanson sur ma drôle de vie de Véronique Sanson.


Reportage : Denis Gannay-Meyer et Cyril Deville
Le ministre accueilli par les élèves du collège Louis-Léger au Grand-Pressigny
Le ministre a été accueilli en musique par les élèves du collège Louis-Léger au Grand-Pressigny au son de "La Chanson sur ma drôle de vie" de Véronique Sanson. - Denis Gannay-Meyer et Cyril Deville / France Télévisions

Au Grand Pressigny comme à Richelieu, Jean-Michel Blanquer s’est longuement arrêté sur le thème de la ruralité. Une question à laquelle il est particulièrement sensible. Pour lui, les secteurs ruraux ont été les grandes victimes de la fracture numérique et de l’éloignement : « Les grandes villes ont travaillé sur l’évolution pédagogique, tandis que le secteur rural est d’avantage resté dans un enseignement traditionnel ; cette éducation de base reste bien sûr très positive parce que porteuse de valeurs, mais maintenant il faut développer et favoriser des initiatives » explique le ministre.


Interview : Denis Gannay-Meyer et Cyril Deville
Le ministre de l'Education nationale veut défendre les écoles rurales
Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer veut défendre les écoles rurales en favorisant les initiatives. - Denis Gannay-Meyer et Cyril Deville / France Télévisions

L’autre grand thème que le ministre de l’Education nationale est venu défendre en Touraine, c’est le Développement durable et la sensibilisation à l’environnement, pour lesquels l’école doit jouer un grand rôle. Les initiatives sont nombreuses. Le ministre entend les encourager en renforçant un label Développement durable adapté aux établissements scolaires. L’école Paul-Louis Courier d’Amboise devrait ainsi l’obtenir prochainement. Une façon de donner un coup de projecteur sur cet établissement ayant entrepris ces dernières années nombre d’initiatives dans le temps scolaire comme dans celui périscolaire. « Eux sont déjà dans l’avenir »  a ainsi affirmé le ministre, qui a fait de cette année une « année verte ».
 

Des posters éducatifs


A Amboise, Jean-Michel Blanquer a été rejoint par le célèbre photographe Yann Arthus-Bertrand, qui en a profité pour remettre aux élèves ses " posters éducatifs " destinés à sensibiliser la jeune génération à la protection de notre environnement. Créés avec sa fondation GoodPlanet, ces kits pédagogiques doivent être à terme distribués aux 65 000 établissements scolaires français.

Pour le photographe défenseur de l’environnement, l’Education nationale reste l’institution qui a le moins de retard en la matière.


Interview : Denis Gannay-Meyer et Cyril Deville
Le photographe Yann Arthus-Bertrand est venu à Amboise
Yann Arthus-Bertrand considère que l'école n'est pas en retard sur les questions environnementales - Denis Gannay-Meyer et Cyril Deville / France Télévisions

Demain vendredi,  le ministre visitera notamment le lycée d’Arsonval de Joué-lès-Tours ainsi que le lycée Rabelais de Chinon. L’occasion pour lui d’évoquer une nouvelle fois sa réforme du baccalauréat et son ambition de développer d’autres voies d’accès à la vie professionnelle.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus