• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Joué-lès-Tours : série de vols à l'arrachée sur des femmes à la tombée de la nuit

Photo d'illustration Police / © Maxppp
Photo d'illustration Police / © Maxppp

Depuis le 23 novembre, une vingtaine de femmes se sont fait voler leur sac à main à l'arrachée dans le centre-ville de Joué-lès-Tours. Les victimes seraient plutôt des femmes âgées ou fragiles et les agressions se dérouleraient à la tombée de la nuit. Les élus réagissent. 

Par Marine Rondonnier

18 plaintes ont été déposées au commissariat de Joué-les-Tours pour vols à l'arrachée depuis le 23 novembre dernier.  Parmi elles, une femme de 80 ans s'est fait voler son sac à main avec violence. Elle s'est blessée en tombant. 

Ces vols avec violence concernent des femmes plutôt âgées qui sont agressées à la tombée de la nuit dans le centre ville de Joué-lès-Tours. 

Différents profils établis par les enquêteurs

Il s'agirait de plusieurs groupes d'individus, agissant parfois seuls parfois à plusieurs. Différents profils ont été établis par les enquêteurs. Les vidéos des caméras de surveillance sont actuellement étudiées. 

Le mode opératoire est toujours le même: les agresseurs, assez jeunes, repèrent la victime âgée ou fragile, la suivent puis lui courent après. Ensuite ils arrachent le sac avant de s'enfuir. "C'est l'argent liquide et les chéquiers qui les intéressent", nous confirme un des enquêteurs. 
Pour le moment, les enquêteurs n'ont pas identifié de suspect. " Les profils indiqués par les victimes sont très différents. L'enquête suit son cours". 
 

Réaction des élus de Joué-lès-Tours

Cet après midi, Marie-Line Moroy et le groupe d’opposition de gauche au conseil municipal La Ville au Cœur ont réagi à cette série d'agressions. 

Voici la lettre qu'il nous ont envoyée : 

"Tout d'abord, j’apporte tout mon soutien et celui de mes collègues aux  femmes de Joué-lès-Tours agressées et à leurs familles. Ces femmes sont marquées à vie, leur famille également. 
Ma colère est celle d'une habitante de cette ville où le bien vivre ensemble doit être la devise partagée par tous dans toute la commune. Or depuis des mois, que vivons-nous ? 
Une ville où des voitures brûlent, où des femmes se font violemment agresser sans oublier un trafic de drogue grandissant.

Le développement de caméras de vidéos surveillance ne dissuade pas les auteurs de ces agressions complètement inacceptables. L'augmentation forte du nombre de policiers municipaux non plus.

Notre groupe d'élus de la Ville au Cœur, a écrit une lettre ouverte au Maire Frédéric Augis le 4 novembre 2018, contenant une série de propositions visant à ouvrir le dialogue sur la question de la sécurité à Joué-lès-Tours. A ce jour, elle est restée lettre morte et notre ville continue de subir des événements de plus en plus nombreux et graves.

Nous réitérons notre demande au Maire afin qu’il mette en œuvre ces axes de travail pour que la liberté de circuler et venir soit garantie pour toutes et tous dans notre ville, que les citoyennes et citoyens de Joué-lès-Tours ne soient pas abandonnés et puissent vivre dans une ville apaisée.

Marie-Line Moroy et les élus de La Ville au Cœur V.Tison, M.Moulay, F.Gérard, F.Petit, A.Gabillet."
 

Réponse de Lionel Audiger, adjoint à la sécurité publique et à la voirie de Joué-lès-Tours : 

Joint par téléphone cet après-midi, Lionel Audiger, adjoint à la sécurité publique et à la voirie de Joué-lès-Tours a réagi à la lecture de cette lettre du groupe d'opposition.

" Nous condamnons et nous déplorons ces actes. Mais c'est un phénomène de société que nous retrouvons ailleurs.

Depuis 2014, nous avons mené plusieurs actions de prévention avec le renforcement des effectifs de la police municipale qui doit compter 40 policiers fin 2019.

Nous avons aussi le soutien de la Police nationale qui malheureusement manque de moyens. Nous avons d'ailleurs demandé des renforts en ce sens à la préfecture d'Indre-et-Loire.

Enfin le nombre de caméras de surveillance est passé de 27 en 2014 à 137 en 2018. Il y en aura 169 à la fin du premier trimestre 2019. Ces caméras aident à la résolution de nombreuses affaires. Nous comptons beaucoup sur la création du centre de supervision urbaine fin 2019 qui permettra de regarder les images des caméras à l'instant T et d'intervenir plus rapidement. "


Les policiers appellent les femmes de Joué-lès-Tours à la plus grande vigilance à la tombée de la nuit. 

C'est la première fois que la deuxième ville du département connaît une telle série d'agressions dans le centre-ville. 

Sur le même sujet

Pourquoi un terminal Pôle Emploi à Artenay ?

Les + Lus