Tupperware de Joué-les-Tours : reprise des négociations sous la houlette de Bercy

© Max ppp
© Max ppp

Les négociations avec la direction de Tupperware vont reprendre pour fixer le montant des indemnités supra-légales des 235 salariés licenciés. Le ministère de l'Economie parraine cette reprise du dialogue.

Par Nathanael Lemaire

Il aura fallu l'intervention du Ministère de l'Economie pour voir reprendre ce lundi les négociations à l'usine Tupperware de Joué les Tours.

Dans un premier temps, après l'annonce de la fermeture du site, les salariés de Tupperware s'étaient réfugiés dans l'attente des propositions de modalités des licenciements.
Le début des négociations sur le minimum légal des indemnités de départ a changé la donne.
Le fatalisme a laissé la place à la revendication et aux grèves.
Le renoncement à une poursuite de l'activité a ouvert des négociations sur le montant des indemnités de licenciement dans le cadre d'un PSE (Plan de Sauvegarde de l'Emploi...).

Pour ces salariés âgés avec une grande ancienneté maison, la revendication porte sur une somme forfaitaire incluant le préjudice morale.
L'entreprise tupperware réalise de conséquents bénéfices en même temps qu'elle ferme l'usine de Joué les Tours.

A ce jour, la direction proposait entre 6 et 12 mois de salaire d'indemnité pour les salariés ayant plus de 30 ans d'ancienneté. Ce qui représente en moyenne une somme de 40.000 euros par salarié licencié.

Les négociations qui vont reprendre lundi, intégreront aussi des formations pour des salariés qui ont une moyenne d'âge de 51 ans et auront du mal à retrouver un emploi.

la députée de la circonscription accompagnait les représentants de Tupperware.

Dans un communiqué, elle précise :

© max ppp
© max ppp

à l'écoute, Jean-pierre Floris (délégué interministériel aux restructurations d'entreprises) a assuré comprendre la situation et s'est engagé à demander aux dirigeants de reprendre les négociations au plus vite. J'appuie la demande des salariés, tout en exprimant mon souhait de voir les dirigeants de Tupperware se prononcer sur la revitalisation du site



Le dossier Tupperware est le premier a tester la nouvelle loi travail, ce qui peut expliquer la vigilance du ministère de l'Économie sur le déroulement du Plan de sauvegarde de l'Emploi utilisé par Tupperware.

A lire aussi

Sur le même sujet

Musée Girodet à Montargis : un musée rénové (épisode 1/4)

Les + Lus