"On ne se sait rien, je crois que c'est le pire", un village en proie au doute après la mystérieuse disparition d'une habitante

durée de la vidéo : 00h02mn00s
Une mère de deux enfants est portée disparue depuis le 7 septembre 2023. La gendarmerie privilégie la piste de la disparition volontaire mais le mari ne croit pas en cette hypothèse. ©A. Garreau

Une femme de 42 ans, mariée et mère de deux enfants, a disparu le 7 septembre 2023 à La Membrolle-sur-Choisille, dans l'Indre-et-Loire. La gendarmerie privilégie la piste de la disparition volontaire, mais le père ne croit pas à cette version.

Une attente interminable doublée d'un épais mystère. Depuis trois semaines, une femme de 42 ans a disparu dans la commune de La Membrolle-sur-Choisille en Indre-et-Loire. Mère de deux enfants et mariée à un gendarme de la brigade locale, elle n'a pas donné signe de vie depuis le 7 septembre.

Selon une source de la gendarmerie, l'enquête semble privilégier le "départ volontaire" après que d'importants moyens de recherches aient été lancés dès les premiers jours de la disparition. En France, le droit à disparaître sans laisser de trace est reconnu. Catherine Sorita-Minard, procureure de la république de Tours, indique néanmoins dans un communiqué : "Ses effets personnels, sac à main, documents d'identité, téléphone ont été retrouvés à son domicile".

Mais pour le père de la disparue, cette version ne tient pas. Il a fait appel à l'association nationale d'assistance et de recherche de personnes disparues (ARPD), qui a décidé de l'aider en dépêchant trois enquêteurs sur ce dossier, sans plus de succès pour l'instant.

Dans le village, des appels à témoin ont été collés un peu partout, provoquant la consternation : C'est quelque chose qui nous touche de très près parce que ça ne devrait pas arriver. Et on ne sait rien, et c'est encore pire que tout", glisse un habitant.

La gendarmerie d'Indre-et-Loire a diffusé un appel officiel le 8 septembre sur ses réseaux sociaux. "Des témoignages sont en cours d'exploitation" indique le parquet.

 

Dans son communiqué à la presse, la procureure de la république, indique que la quadragénaire "présente des fragilités psychologiques, et déjà fait part de son mal-être".

En attendant d'éventuels éclaircissements sur cette affaire, le parquet de Tours est saisi du dossier et l'enquête préliminaire se poursuit.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité