Sabine Thillaye, député LREM d'Indre-et-Loire, rejoint le groupe parlementaire dissident Ecologie-Démocratie-Solidarité

Sabine Thillaye rejoint aujourd’hui le tout nouveau groupe parlementaire Ecologie Démocratie Solidarité créé par 17 députés La République en Marche. Encore membre du groupe LREM à l'Assemblée nationale ou non, ces députés se démarquent en défendant l'écologie et la justice sociale.

Sabine Thillaye LREM (5ème circo Indre-et-Loire)
Sabine Thillaye LREM (5ème circo Indre-et-Loire) © DR

Exclue du groupe LREM en février dernier, Sabine Thillaye intègre aujourd’hui le nouveau groupe fondé par des dissidents et des membres du groupes LREM à l’Assemblée nationale. Ecologie Démocratie Solidarité est composé de dix-sept députés dont près de 65% de femmes. La valeur écologie en figure de proue, le groupe propose de défendre des idées sensiblement plus sociales et de gauche. 

Un constat que refuse Sabine Thillaye, député d’Indre-et-Loire. « L’écologie est transpartisane, elle doit être une force et peser dans les discussions, à la manière les Verts en Allemagne qui dirigent des Länders. » Issue du monde de l’entreprise, cette binationale refuse « d’opposer écologie et entreprises.»

Pour la présidente de la commission des affaires européenne à l’Assemblée nationale, « il faut soutenir les entreprises et utiliser les moyens  d’investissements pour tendre vers une transition écologique de nos PME. »  Elle veut « emmener tout le monde vers cette transition écologique sans que cela se fasse sur le dos des plus fragiles ». Et c’est en étant très vigilant sur la répartition des sommes allouées dans le cadre des plans de relance de l’économie au niveau national et européen que tout pourra se jouer. Sans oublier les plans de soutien sectoriels annoncés par le Gouvernement  (tourisme, transports, santé...) mais à la condition de ne pas « continuer comme avant. » 
  Car c’est bien une des raisons de la création de ce groupe, s’extraire des injonctions de certain « marcheurs » et proposer une autre vision du mouvement En Marche! 

Face à la crise économique, Sabine Thillaye prône l’investissement. « Il faut donner de l’impulsion à la recherche et à l’innovation, il faut qu’on prenne des risques. » Avec l’Union Européenne en levier, la député espère pouvoir être « la courroie de transmission entre les projets locaux, nationaux et européens. » Et l’annonce hier d’un plan franco-allemand de 500 milliards d’euros pour sortir l’Europe de la crise a redonné espoir à notre députée.
L’élue d’Indre-et-Loire veut défendre les territoires et leurs projets. « Nous devons plus nous appuyer sur les collectivités territoriales pour les prises de décisions, nous avons besoin de l'échelon local pour avancer. » La députée voudrait voir appliqué en France un principe très cher à l’Europe: celui de la subsidiarité. 
Pourquoi Sabine Thillaye a été exclue du groupe parlementaire LREM en février?
Sabine Thillaye avait été au coeur de la polémique en janvier dernier pour s’être maintenue à la tête de la commission des affaires européennes de l'Assemblée nationale. Une décision qui allait a l’encontre de l’engagement sur le renouvellement à mi-mandat des macronistes détenants des postes à responsabilité pris par le groupe LREM en début de législature. Chaque élus a responsabilité devait remettre son mandat en jeu en juillet. Arguant de la stabilité des institutions, la député d'Indre-et-Loire avait refusé de céder son siège à Pieyre-Alexandre Anglade, député des Français du Benelux. D’où son exclusion du groupe parlementaire LREM à l’Assemblée nationale, mais pas du parti La République en Marche. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
la république en marche politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter