Tours et son agglo : des policiers supplémentaires dans les quartiers de “reconquête républicaine”

(Archives 2007.) Des policiers encadrant une manifestation d'étudiants à la fac des tanneurs à Tours. / © max ppp - P. Deschamps
(Archives 2007.) Des policiers encadrant une manifestation d'étudiants à la fac des tanneurs à Tours. / © max ppp - P. Deschamps

La préfète d'Indre-et-Loire, Corinne Orzechowski, vient de le confirmer. 15 policiers supplémentaires seront spécifiquement affectés pour la sécurisation des quartiers de reconquête républicaine (QRR) du Sanitas à Tours, de la Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps et de la Rabière à Joué-lès-Tours.

Par Fabienne Marcel

Ils réclament des renforts depuis des mois. Il semble que les policiers tourangeaux aient été entendus. Depuis janvier, les quartiers du Sanitas à Tours, de la Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps et de la Rabière à Joué-lès-Tours ont été le théatre de plusieurs nuits de violences urbaines. Comme cette nuit du 23/24 avril 2019, où la violence est montée d'un cran. Plusieurs policiers ont été caillassés sur le secteur de la Rabière à Joué-les-Tours. Frédéric Augis, le maire LR de la ville, avait alors réclamé la plus grande fermeté dans les sanctions. "Il faut que l'ordre républicain revienne au plus vite," avait t-il alors déclaré

Des policiers au bout du rouleau

Il y a trois mois, Thierry Pouilloux, le secretaire départemental de l'Unité SGP Police 37, répondait à nos questions sur l'état d'esprit de ses collègues. "Aujourd'hui ça devient fatigant, à chaque fois, le week-end, qu'un véhicule de patrouille, de BAC, de section d'intervention ou même la brigade canine, passe pour sécuriser le secteur, pour voir si ça se passe bien, c'est vrai qu'ils sont souvent pris à parti, nous expliquait-il. Ce sont des jets de pierres, de projectiles diverses et variés, on a des regroupements ou on a un feu de poubelle. (...) Et ça tourne à l'affrontement." "C'est la présence des forces de l'ordre sur le quartier qui ramène le calme. Nous n'avons qu'une patrouille sur Joué-lès-Tours la nuit, ce n'est pas suffisant".


Des renforts de police sur la base du volontariat 

Par un communiqué, la préfète d'Indre-et-Loire, Corinne Orzechowski, a annoncé la venue prochaine de 15 policiers qui seront spécifiquement affectés pour la sécurisation des quartiers de reconquête républicaine (QRR) du Sanitas à Tours, de la Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps et de la Rabière à Joué-les-Tours. Ces policiers volontaires seront organisés au sein d’une brigade spécialisée de terrain
(BST), dont la mise en place est en cours de négociation avec les organisations syndicales et les personnels de la DDSP. La BST sera installée physiquement au commissariat de Joué-lès-Tours.

L'arrivée de ces 15 policiers est déconnectée du mouvement général d’affectation des policiers au sein de la DDSP. La préfète précise que la vacance de postes au sein de la direction dépend des arrivées et des départs, lesquels évoluent chaque mois. "Il est donc inexact à ce jour de mettre en relation l’arrivée des 15 effectifs et cette vacance de postes au sein de la DDSP."

La préfète insiste sur la réponse que représente l'installation de cette BST "là où la délinquance s'exprime avec le plus de force dans la Métropole. C'est l’esprit même de la PSQ (Police de Sécurité du Quotidien)."

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus