• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Course à pied : nos conseils avant un premier rassemblement de masse comme les 10 ou 20 km de Tours

© Hbieser sur Pixabay.com
© Hbieser sur Pixabay.com

Pour la première fois, vous allez épingler un dossard sur votre maillot. À lui seul, ce geste est une récompense du travail que vous aurez effectué. Voici nos conseils avant de participer à une première épreuve de masse.

Par Franck Leroy avec NR

Depuis plusieurs mois maintenant, vous courez une fois, deux fois par semaine. Jusqu’à 1h30. À votre rythme certes, mais vous vous sentez prêt. Et bien il ne faut pas hésiter : engagez-vous ! Je vous conseille une petite distance : 8 ou 10 km. Car il est important que vous finissiez sans peiner, et pour que votre cerveau garde seulement en mémoire de la joie et de la satisfaction. Si vous tentez plus, vous risquez de vous « mettre dans le rouge » et de finir dans un état pitoyable. Vous aurez un très mauvais souvenir et cette expérience va vous hanter. Souvenez-vous que le sport c’est le physique, certes, mais aussi le mental.

Vous allez ressentir une petite fébrilité quelques jours avant la course. Une anxiété. C’est normal. Pas d’inquiétude. Cela s’appelle l’excitation du sportif avant le départ.

Un conseil : laissez 3 ou 4 jours entre votre dernier entraînement et cette fameuse première compétition. La veille : une bonne assiette de pâtes pas trop cuites agrémentées d’huile d’olive, puis une nuit de sommeil (si vous le trouvez !). Pas besoin de prévoir à manger ou à boire pour le lendemain : il y aura des ravitaillements tout le long du parcours. Une bouteille d’eau dans la voiture pour l’aller et le retour suffit amplement.

Sur place, la première chose à faire est de retirer son dossard (si ce n’est pas possible la veille). Ainsi, il faut prévoir d’arriver 1h avant le départ. Pas plus. Ces formalités remplies, commencez votre échauffement. Étirements légers, flexions, puis trottinez. À votre guise, pour mettre en route la machine.

Sur la ligne de départ, pas d’affolement. Vous êtes là pour vous faire plaisir. Restez au milieu de la foule qui attend le départ et savourez. C’est un moment fantastique.

Plus le nombre d’inscrits sera important, plus le départ se fera lentement. C’est parfait pour vous mettre en confiance. Si au contraire le départ est rapide, n’essayez pas de suivre le rythme. Calez-vous sur votre allure habituelle. Vous n’êtes pas là pour faire un podium. Votre objectif est de finir en parfait état. Laissez passer les plus rapides que vous. Tôt ou tard vous serez intégré dans un groupe qui avance à votre vitesse. Ne le quittez plus. Il vous emmènera au bout. Si vous ressentez au bout d’un moment que vous êtes légèrement en surrégime, levez le pied (un seul petit km/h de moins suffit pour tout changer et se sentir mieux) et laissez-vous décrocher de ce groupe. Un autre, moins rapide, vous accueillera.

Pendant les courses, l’ambiance est très agréable. Imprégnez-vous de cela, car vous vivez ce qu’on appelle « l’esprit sportif ».

À l’arrivée, ne boudez pas votre plaisir en allant chercher votre lot. Même minime, il signe votre première performance officielle. En général, pour les 10 km, le classement est publié le lendemain dans la presse. Regardez-le. Ce sera un deuxième petit bonheur que de voir votre nom !
 
Bonne course !
 



 

Sur le même sujet

La filière du cornichon français lancée dans le Loir-et-Cher progresse bien

Les + Lus