Décès d'une personne de plus de 75 ans à Tours : "rien ne permet de conclure" à un lien avec le vaccin anti-covid

Le décès de cinq résidents d'Ehpad peu de temps après avoir reçu le vaccin contre le covid-19 a interpellé l'opinion publique. Cependant, les médecins restent prudents sur les causes de ces morts.

La vaccination contre le covid-19 s'est généralisée pour la population vulnérable depuis le 18 janvier. Photo d'illustration
La vaccination contre le covid-19 s'est généralisée pour la population vulnérable depuis le 18 janvier. Photo d'illustration © NATHALIE SAINT-AFFRE / MAXPPP

Cinq morts de "personnes âgées ou très âgées avec des comorbidités", qui avaient reçu une injection du vaccin Pfizer/BioNTech, ont été recensées en France à ce jour, sans qu'un lien soit établi à ce stade entre leur décès et une réaction au vaccin, a-t-on appris ce 19 janvier auprès des autorités de santé.

Corrélation n'est pas causalité

Alors que 480 000 doses de vaccin ont été injectées en France depuis le 27 décembre, et que 104 000 résidents d'Ehpad ont reçu une première injection le 18 janvier, le ministère des Solidarités et de la Santé a enregistré en tout "139 cas d'effets indésirables et cinq décès" peu de temps après l'injection. "Au regard des éléments dont nous disposons à ce jour, rien ne permet de conclure que les décès rapportés sont liés à la vaccination. Tous sont survenus chez des patients âgés en Ehpad", a annoncé un peu plus tard l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) dans un communiqué.

De fait, les personnes prioritaires sur les listes de vaccination sont précisément les plus âgées ou les plus fragiles, le même profil à risque que les personnes décédées comme le confirme le ministre de la Santé Olivier Véran. "Ce sont des personnes qui ont pu décéder dans les jours qui ont suivi la vaccination sans pour autant présenter des signes de réaction allergique" après l'injection, a-t-il déclaré.

465 morts dans les Ehpad par jour, hors covid

De son côté, l'ANSM précise qu'"en dehors du contexte de l'épidémie de Covid-19", 465 résidents d'Ehpad ou d'unité de soin longue durée (USLD) à l'hôpital décèdent chaque jour, et plus de 1 000 sont hospitalisés quotidiennement, d'après un "premier travail" portant sur les années 2018-2019 pour disposer d'éléments de comparaison. Dans le même temps, l'Insee a établi que 2020 avait été marquée par une forte surmortalité, en particulier dans les Ehpad.

"Le déploiement et la montée en charge de la campagne augmente chaque jour, dans cette population, la probabilité de voir des décès survenir après vaccination contre la COVID, même en l'absence de tout effet du vaccin", conclut l'agence du médicament, en précisant qu'un rapport sera publié chaque semaine. Selon le ministère français de la Santé, "à ce jour, on a 71 observations de décès" au niveau européen.

Lundi, les autorités sanitaires en Norvège ont souligné qu'il n'y avait pas de lien établi entre le vaccin Pfizer/BioNTech et les décès de 33 personnes âgées qui ont reçu une première injection du produit. "Aucun cas de décès parmi les personnes âgées n'a été attribué à ce stade à la vaccination avec le Comirnaty", son nom commercial, a déclaré lundi l'Agence européenne. En France, plusieurs Ehpad ont également reçu des menaces et des intimidations de militants anti-vaccins.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société