Indre-et-Loire : Emmanuel Macron était à Tours pour promouvoir la réforme du versement des pensions alimentaires

C'est sa première visite officielle depuis que le président de la République a été touché par le coronavirus en décembre dernier. Emmanuel Macron s'est rendu à la Caisse d'Allocations Familiales de Tours, en Indre-et-Loire dans le but de promouvoir la réforme du versement des pensions alimentaires

Emmanuel Macron a rencontré des familles monoparentales de Tours (Indre-et-Loire) mardi 5 janvier 2021
Emmanuel Macron a rencontré des familles monoparentales de Tours (Indre-et-Loire) mardi 5 janvier 2021 © France 3 CVDL

Depuis le 1er janvier, un nouveau dispositif qui vise à automatiser le versement de la pension alimentaire est effectif. Emmanuel Macron est venu présenter cette réforme mardi 5 janvier à la Caisse d'Allocations Familiales (CAF Touraine) de Tours, en Indre-et-Loire. Cette réforme fait partie de l'engagement du président de la République annoncé à l’issue du Grand Débat national, qui avait eu lieu après la crise des gilets jaunes.

 

Rencontre avec des familles monoparentales à Tours

Le chef de l'Etat est arrivé aux alentours de 14h45 au centre administratif du Champ-Girault de la CAF Touraine, à Tours en Indre-et-Loire. Pendant une demi-heure, il s'est entretenu avec des parents isolés, ainsi qu'avec des membres de l'association "Médiation et parentalité 37"

La réforme du versement des pensions alimentaires qu'est-ce que c'est ? 

Aujourd’hui en France, près de 30% des pensions alimentaires ne sont pas payées ou payées de manière irrégulière. Cela concerne entre 300.000 et 350.000 personnes. La pension alimentaire est pourtant une source de revenus non négligeable, puisqu’elle représente 18% des revenus des familles monoparentales. Face aux impayés, bon nombre de ces familles se retrouvent dans une situation précaire. 

La Caisse d'Allocations Familiales Touraine choisie pour tester le dispositif

En octobre 2020, la CAF Touraine a été choisie par le Gouvernement pour tester ce nouveau dispositif. Il est désormais étendu à la France entière. Les familles monoparentales peuvent ainsi saisir la CAF lorsqu'un ex-conjoint ou une ex-conjointe ne paie pas la pension alimentaire. Sur demande, la CAF devient alors un intermédiaire entre les deux parties et prélèvera directement le montant de la pension sur le compte de l'ex-conjoint ou de l'ex-conjointe, puis le reversera aussitôt.

Ce nouveau service est accessible aux parents qui viennent de se séparer, mais également à ceux dont la séparation remonte à plusieurs mois, jusqu'à deux ans.

100.000 personnes pourraient en bénéficier en 2021

Depuis depuis le 1er octobre dernier, 118 demandes d’intermédiation ont été reçues par la CAF d'Indre-et-Loire. 777 dossiers de recouvrement d'impayés ont été ouverts, dont 68 % en forcé. Selon les projections du gouvernement, 100.000 personnes pourraient bénéficier de ce système en 2021. Le coût de ce dispositif est estimé à 85 millions d’euros en 2021. Il devrait être de 122 millions par an à partir de 2022.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emmanuel macron politique social économie famille société