La métropole de Tours se donne le temps de la réflexion avant le déploiement de la 5G

Tours Métropole Val de Loire et ses 22 communes organisent un "temps d'échange et de concertation" autour du déploiement de cette nouvelle technologie sur leur territoire. Beaucoup de questions se posent sur les impacts de la 5G en matière de santé, d'environnement ou même de modèle de société.

© L'Est Républicain / Maxppp

Après l'attribution des fréquences à l'automne dernier, l'Etat a donné son feu vert au déploiement national de la 5G, qui a débuté à la fin de l'année 2020. Certains le déplorent, d'autres s'en réjouissent, mais il n'y aura pas de marche arrière. La Métropole de Tours ne fera pas figure de village gaulois luttant contre l'arrivée de l'envahisseur, refusant le déploiement de la 5G sur son territoire. Mais alors, à quoi bon se concerter ?

La question n'est plus "la 5G, oui ou non?", mais plutôt "la 5G, comment?", explique Maria Lépine, vice-présidente de Tours Métropole Val de Loire, déléguée à la transformation numérique :

"L'objectif est d'analyser les risques, les freins et les opportunités du déploiement, mais aussi de questionner nos usages, notre façon de consommer le numérique. Nous associons à cette réflexion un large panel d'acteurs pour examiner la question sous ses différents angles, économique, sociétal, environnemental."

Vice-présidente en charge du numérique, Maria Lépine est aussi la maire de Villandry
Vice-présidente en charge du numérique, Maria Lépine est aussi la maire de Villandry © Tours métropole Val de Loire

Il s'agit de définir ce qu'il faudra mettre en oeuvre pour maîtriser les impacts sanitaires et environnementaux de ce déploiement. Et, au final, dessiner un cadre qui permettra de concilier qualité de vie et transition numérique.

Maria Lépine, vice-présidente déléguée à la transformation numérique

Le maire de la ville-centre, Emmanuel Denis, est un militant de longue date (Robin des Toits) contre l'implantation à tort et à travers, sans précaution ni information de la population, d'antennes-relai. A l'automne dernier, avec d'autres maires de grandes communes françaises, il a demandé, sans succès, un moratoire sur le déploiement de la 5G, en attendant le rapport de l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) sur les risques pour la Santé que présente cette nouvelle technologie. Un rapport qui devrait d'ailleurs être connu dans les jours ou les semaines à venir.

Invité de la Matinale de nos confrères de France Bleu Touraine, ce jeudi 8 avril 2021, le maire de Tours s'est exprimé sur le processus de concertation initié par la Métropole :

"La 5G, en terme d'infrastructures, cela veut dire de nouvelles antennes, en terme de renouvellement d'équipements, cela veut dire de nouveaux téléphones et donc des impacts environnementaux forts. Et il y a aussi des impacts probables sur la santé. Il va falloir placer les antennes-relai de façon à limiter l'exposition de la population, discuter de la manière dont on va déployer cette technologie."

Emmanuel Denis sur le plateau de France 3.
Emmanuel Denis sur le plateau de France 3. © France 3 Centre-Val de Loire

Entamée le 8 avril, la concertation s'achèvera le 23, la métropole ayant demandé aux opérateurs de surseoir, pendant ce temps, au déploiement de la 5G.

Parmi les participants, des représentants des habitants des différentes communes, des élus et des acteurs des milieux associatif ou économique.  Et tous les habitants de la métropole qui le souhaitent sont invités à participer en postant des remarques ou des questions sur le site internet de Tours MVDL

Après différents séminaires et ateliers, une synthèse mettra en commun et hiérarchisera les propositions. Le rapport de cette concertation doit être rendu public vers la fin du mois de mai. La métropole mettra ensuite en place un plan d'action à la rentrée 2021, avec un calendrier à décliner.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
technologies économie environnement société santé