PORTRAIT. Sante Vallar le roi de la mosaïque Art Déco à Tours

Au détour des rues de Tours, le travail du mosaïstes Sante Vallar continue d'émerveiller les passants

Né en 1893 dans le Nord de l’Italie, Sante Vallar est arrivé à Tours en 1923 pour réaliser un sol en mosaïques dans la maison close « L’étoile bleue », aujourd'hui le siège de la jeune chambre économique.

Il intervient aussi dans le décor d’une autre maison de plaisirs dont il reste uniquement une mosaïque, en forme de soleil, qui ornait le sol de la rotonde.

Ce dernier est sous le charme de la ville et décide d’installer son atelier de création, avec ses deux frères également mosaïstes, qui lui permettra de répondre aux nombreuses commandes locales.

En 1928, il construit sa maison, son atelier-dépôt et son magasin dans le sud de la ville au 26 rue Febvotte.

Les figures géométriques et les couleurs sont remarquables et vont d’un camaïeu de bleu à quelques touches de dorures.

L’artiste est intervenu sur de nombreuses devantures de boutiques qui subsistent toujours notamment la Chapellerie Brun, place du grand marché ou encore chez un fleuriste. Deux boutiques qui ont encore la même vocation et leur décor d'origine alors qu'ils sont rarement conservés du fait de l’évolution de l’activité commerciale.

La mosaïque aux couleurs chatoyantes bleues et vertes, complétées par les éventails qui convergent vers un bouquet de roses, a gardé toute sa splendeur.

Des mosaïques au château de Candé

L’artiste va participer au grand retour de la mosaïque, technique qui est parfaitement adaptée à la mode hygiéniste de l’époque avec ses surfaces facilement nettoyables.

D’ailleurs, il va décorer entièrement une salle de bain du château de Candé à Monts.

Le sol et les murs sont totalement habillés de mosaïques aux couleurs pastel. Une frise, composée de nuages et d’oiseaux, apporte une atmosphère poétique.

Cette salle de bain a été utilisée par le roi Edouard VIII et son épouse Wallis Simpson lors de leur mariage en 1937.

Un artiste désormais reconnu

Sante Vallar est naturalisé français en 1938 et meurt en 1951 à Tours.

Aujourd’hui l’artiste est petit à petit redécouvert puisqu'en 2019 la ville de Tours a mis en lumière son histoire à travers l’inauguration d’une place portant son nom en présence de ses 3 enfants.

Des visites sont aussi régulièrement organisées pour évoquer son travail encore bien présent dans les rues de Tours.

Le service Ville d'art et d'histoire a également édité un parcours de visite Art Déco dans lequel figure quelques références aux réalisations de Sante Vallar.