Une "boîte de retour au calme" dans les restaurants pour favoriser l'inclusion des enfants autistes

Les enfants ayant un trouble du spectre de l'autisme (TSA) et leur famille ont besoin d'un environnement accueillant et bienveillant. Une psychologue tourangelle s'adresse aux restaurateurs en leur proposant une sensibilisation à ce handicap et des outils permettant à l'enfant de s'apaiser et de profiter d'un moment convivial avec son entourage.

Pour un enfant autiste, comme pour les personnes qui l'accompagnent, une simple sortie au restaurant peut s'avérer extrêmement pénible.

Les enfants et adultes vivant avec un trouble du spectre de l'autisme (TSA) perçoivent, entendent et voient le monde différemment des personnes dites neurotypiques (non autistes). Les informations sensorielles ne sont pas traitées par le cerveau de la même manière, et tous les sens sont concernés que ce soit la vue, l'audition, l'odorat, le toucher, mais aussi le sens proprioceptif (sens du mouvement) et le sens vestibulaire (position du corps dans l'espace).

Hypersensibilité sensorielle et crise d'anxiété

Trop de monde, trop de bruit, trop d’odeurs, il est souvent difficile pour les enfants autistes de gérer leurs émotions dues à une surcharge sensorielle, et cela peut engendrer des crises ou des colères. 

Visionner une expérience sensorielle chez un enfant TSA :

À Amboise, mère, d'un enfant autiste aujourd'hui âgé de 12 ans, Chloé Poirier a ainsi longtemps dû faire une croix sur les sorties au restaurant :

"Aujourd'hui, Sofiane se tient un petit peu mieux, mais jusqu'à ce qu'il ait 7 ou 8 ans, on avait renoncé à aller au restau, c'était impossible. Il était très difficile de le canaliser, de l'obliger à rester assis. Il aurait fallu un service très rapide, ce qui n'est pas toujours possible, et puis il y a le regard des gens, les remarques. On est déjà tellement fatigué par le quotidien, on n'a pas envie de ça, d'avoir à se justifier..."

Psychologue à l'ADAPEI 37 (association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), Adeline Ressault a évidemment connaissance de ces difficultés rencontrées par les personnes autistes et leur entourage. Un reportage sur France 3, consacré à Clonakilty, une petite ville "autism friendly" d'Irlande, lui a donné des idées :

"En visionnant le reportage, je me suis dit qu'il devait être possible de réaliser la même chose à Tours, d'autant que l'on a ici un CRA, Centre Ressources Autisme, de très bonne réputation. L'idée étant de travailler avec les restaurateurs de la ville pour voir si certains d'entre eux pourraient être intéressés par une sensibilisation au TSA et la mise à disposition des familles d'une boîte de retour au calme."

La boîte de retour au calme, outil contre l'anxiété

Concrètement, la boîte de retour au calme contient des objets et outils pour aider un enfant autiste à se détendre lors d'une crise d'anxiété, à auto-réguler ses émotions. Gérée par les commerçants, elle peut facilement être rangée dans un espace dédié du restaurant.

"Il est nécessaire pour ces enfants et leur famille de disposer d'un lieu à Tours proposant ces outils qui permettent une pause sensorielle, reprend la psychologue de L'ADAPEI 37. Chez un restaurateur sensibilisé au TSA, ils seraient mieux accueillis, avec un regard bienveillant. J'ai réalisé un petit logo que les restaurateurs peuvent apposer sur leur devanture, signifiant qu'il y a une ouverture vers les personnes en situation de handicap. Ce serait un moyen formidable de démontrer qu'il est possible de vivre ensemble."

Davantage, peut-être, que la boîte et son contenu, c'est la sensibilisation des restaurateurs à ce handicap qui semble intéresser la maman de Sofiane :

"Si on demande la boîte, le restaurateur saura tout de suite que c'est pour un enfant porteur de handicap, de troubles cognitifs. Cela permet de créer une empathie, et une certaine vigilance pour une table où un enfant peut partir en crise à tout moment. Peut-être aussi que derrière, en cuisine, ils feront le maximum pour que l'on attende le moins possible. Si Sofiane a une boîte, je sais qu'on ne l'entendra pas, donc, oui, il me semble que c'est une bonne solution."

Une belle idée...qui ne rencontre pas un franc succès chez les restaurateurs tourangeaux ! Sur une cinquantaine d'établissements contactés, Adeline Ressault n'a pour l'instant obtenu qu'une seule réponse positive, celle des patrons du Columbus Café & Co, dans le vieux Tours. L'ensemble du personnel y suivra ainsi une session de sensibilisation au TSA, le 7 février prochain, organisée avec différents intervenants (famille, autiste, professionnels de santé).

La psychologue de l'ADAPEI ne se décourage pas devant cet apparent manque d'enthousiasme pour son projet chez les restaurateurs de Tours. Il faut bien qu'un établissement donne le signal, dit-elle, et les autres finiront par suivre. Jusqu'à, peut-être, faire de Tours une ville véritablement "autism friendly" !

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité