Tours : se remettre en selle, une formation à vélo pour rompre l'isolement des personnes en situation d'exclusion

Deux associations se mobilisent pour permettre aux personnes en difficulté de retrouver une certaine autonomie dans les déplacements du quotidien. La capacité à se déplacer n'est pas garantie pour tous en France. Et le vélo peut, dans certains cas, être un outil précieux pour une réinsertion.

En 2019 en Essonne, département pilote pour le projet vélo express
En 2019 en Essonne, département pilote pour le projet vélo express © Carrouée_ProVélo
Avec l'association AF3V (association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes), le collectif cycliste 37 (CC37) inaugure, ce mardi 6 octobre, le dispositif  "Vélo expresS". Au sens propre comme au sens figuré, il s'agit de "se remettre en selle".
 

La mobilité inclusive, c'est permettre à toutes les personnes qui sont en difficulté de trouver une solution au quotidien. Selon nous, le vélo peut en être une.

Sophie Verdellet, AF3V, Resp. de projet "Vélo expresS"

"En accompagnant l'utilisation de cet outil et en aménageant correctement les infrastructures, on peut aider les personnes en situation d'exclusion économique et sociale. Surtout celles habitant en périphérie des grandes villes ou en milieu rural, car c'est dans ces zones qu'il y a une plus grande dépendance à l'automobile et que les transports en commun sont moins performants", poursuit Sophie Verdellet.

Expérimenté dans l'Essonne (91) en 2019, le dispositif "Vélo expresS" est cette année déployé dans le Rhône (Lyon) et l'Indre-et-Loire. A Tours, le Collectif Cycliste 37, habitué à cette problématique avec sa vélo-école pour adultes, a naturellement été choisi pour le mettre en place.

La première session démarre ce mardi 6 octobre, avec 7 personnes inscrites, et se poursuivra jusqu'au 16 octobre :

"Il s'agit de former ces personnes pour les rendre totalement autonomes à vélo, surtout dans le domaine professionnel : se rendre à un entretien d'embauche, sur un lieu de stage, de formation ou de travail", explique Fabien Frugier, éducateur mobilité à vélo pour le CC37.
 
Les bénéficiaires de cette formation sont choisis par des structures qui oeuvrent dans le domaine de l'insertion sociale ou professionnelle. Il s'agit de demandeurs d'emploi, de bénéficiaires du RSA, mais aussi de personnes qui sont dans une certaine solitude, en manque de soutien ou d'amitié.

"L'objectif est aussi de toucher des personnes issues des quartiers prioritaires de la Métropole, poursuit Fabien Frugier, le Sanitas ou les Rives du Cher, la Rabaterie ou la Rabière. Il n'y a pas que les zones péri-urbaines ou rurales qui sont concernées, il y a aussi des gens qui veulent lâcher leur voiture pour prendre le vélo sur des trajets urbains courts."

Les prochaines sessions de Vélo expresS à Tours se dérouleront en 2021. Et l'AF3V espère bien convaincre d'autres départements pour rallier  ce dispositif dès l'an prochain.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société emploi économie environnement vie associative