Une enquête ouverte contre le président Tours métropole, Wilfried Schwartz, après une altercation avec un agent

Une enquête pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" a été ouverte à l'encontre du président de Tours Métropole Wilfried Schwartz. Il est accusé d'avoir agressé le directeur de cabinet de la collectivité.

Wilfried Schwartz, maire de Saint-Pierre-des-Corps élu président de Tours Métropole
Wilfried Schwartz, maire de Saint-Pierre-des-Corps élu président de Tours Métropole © Maxppp/Vincent Isore/IP3

Grand chambardement à Tours Métropole. Selon Grégoire Dulin, le procureur de Tours, le directeur de cabinet de Tours Métropole a déposé plainte hier, mercredi 23 juin, contre son président Wilfried Schartz. Une enquête a donc été ouverte pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" à son encontre.

Dans un courriel adressé aux élus de la métropole ce même jour, le président de la collectivité depuis seulement un an, a annoncé son intention de démissionner dans les prochains jours. La raison officielle ? Les élections départementales. En effet, le maire de la Riche (Indre-et-Loire) explique dans cet e-mail, que nos confrères de l'AFP ont pu se procurer, avoir "fait le choix de (se) présenter aux élections départementales" et vouloir "exercer à fond ce rôle de proximité"

La modernité de l'action publique serait d'imaginer ensemble une présidence tournante chaque année et un bureau des maires davantage au coeur de la gouvernance. J'estime qu'il est temps pour moi d'arrêter et de tenter cette innovation avec vous.

William Schartz, président de Tours Métropole

Wilfried Schwartz est en effet candidat dans le canton de Ballan-Miré, où sa binôme Solène Marchand et lui sont arrivés largement en tête ce dimanche 20 juin, avec 58,71 % des voix. "Le premier tour est encourageant mais comme à chaque élection, rien n'est joué, écrit-il. En menant cette campagne, je me suis rendu compte une nouvelle fois que mon rôle était bien celui d'être le défenseur de ce canton, de ce territoire. Ce rôle de proximité, je souhaite l'exercer à fond."

"Personne ne croit ce qu'il a écrit"

Mercredi 23 juin à 17h, Christèle Cordier, secrétaire CFDT d'Indre-et-Loire, a tenu un point presse, pour dénoncer des "atteintes physiques, verbaux et psychologiques" envers des agents de la métropole. "Pour nous, ces atteintes sont inacceptables et nous devons signaler les faits. [...] Nous demandons à ce que les agents puissent travailler normalement au sein de la métropole et que ça ne se reproduise pas". 

"Personne ne croit ce qu’il a écrit", a réagi de son côté Christophe Bouchet, ancien maire de Tours (MR), qui confirme le "management brutal" dénoncé par les syndicats. "C’est indigne et enfantin", estime-t-il, qualifiant la lettre du président de la métropole de "maquillage grossier" : "C’est incroyable qu’il puisse même le tenter." Emmanuel François, le maire de Saint-Pierre des Corps, évoque quant à lui des "soucis relationnels entre lui et son équipe" et qualifie l'ambiance de "très grave".

Contacté, Wilfried Schwartz n'a pas donné suite aux sollicitations de France 3 Centre-Val de Loire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections